Comme lors de beaucoup d’attentats terroristes, de nombreuses photos de fausses victimes et de faux suspects circulent sur les réseaux sociaux depuis qu’un camion a foncé dans la foule à Nice, dans la nuit du jeudi 14 au vendredi 15 juillet, faisant au moins 84 morts. Un point commun entre toutes ces images : elles sont le plus souvent publiées par des trolls malveillants, et partagées des centaines de fois par des internautes qui pensent bien faire. Qui sont en réalité ces personnes ? Voici quelques exemples.

Le "coupable" sikh, à nouveau

Lui, c’est l’homme qui, régulièrement, voit sa photo présentée comme étant celle d’un auteur d’attentats. Déjà lors des attentats du 13 Novembre à Paris, une photo de ce jeune Sikh - qui avait été photoshoppée pour lui rajouter une ceinture explosive - avait été largement relayée, avant qu’il ne soit démontré qu’elle était fausse.

Et ça n’a pas manqué, elle a refait surface après l’attaque de Nice. Heureusement, de nombreux internautes se souvenaient de cette intox.

"Des personnes ont accusé à tort mon ami sikh comme étant l'auteur de l'attaque à Nice. S'il vous plait, aidez-nous à mettre fin à ces rumeurs."


Le retour du Mexicain, victime de tous les attentats

C’est l’homme qui "meurt " lors de tous les attentats. Sa photo est déjà apparue sur les réseaux sociaux suite au crash d’EgyptAir, après l’attentat d’Istanbul, ou encore après l’attentat d’Orlando. Comme nous l’avons expliqué dans un article publié le mois dernier, cet homme habite au Mexique, il est sain et sauf, et il est victime de harcèlement d’une petite armée de trolls qui l’accusent d’avoir arnaqué d’anciens amis.

LIRE NOTRE ARTICLE : Mais qui est ce Mexicain qui meurt dans tous les attentats ?

Cette fois ci, les trolls n’ont pas hésité à tweeter différentes photos de lui vers les comptes Twitter de la Gendarmerie Nationale et de la Préfecture de police de Paris.

"Je cherche mon frère, il s’appelle Robert et je ne le trouve pas. Nous étions à Nice "

Ils ont également tweeté sa photo dans le cadre d’une fausse rumeur selon laquelle un incendie près de la Tour Eiffel aurait été un acte terroriste. (L’incendie, qui s’est déclaré au pont d’Iéna, était en fait accidentel).



Une autre fausse victime mexicaine

Cette femme a elle aussi été présentée comme une personne recherchée à Nice. Sa photo a même été relayée par le  tabloid britannique The Daily Mail. Mais c’est en fait un cas très similaire à celui du Mexicain ci-dessus. Elle est Mexicaine et elle est victime des mêmes trolls, notamment un dénommé @marty_batiatio.

"Ma femme Leticia était à Nice, elle ne répond pas au téléphone, s'il vous plaît aidez-moi"

Selon des articles parus dans la presse mexicaine, des trolls se seraient attaqués à elle depuis le mois de mai. Cette femme, une Twittos avec de très nombreux followers, avait à l’époque fait un appel à dons pour aider une jeune fille qui, faute de moyens, ne pouvait plus poursuivre ses études universitaires. Les trolls l’avaient accusé de partager ses propres informations bancaires dans le cadre d’une arnaque, même si l’étudiante en question avait par la suite confirmé que le compte bancaire était bien le sien.

Après avoir vu sa photo apparaître dans le cadre des attentats de Nice, elle a confirmé qu’elle n’y était pas.

Daily Mail : "Des familles désespérées se tournent vers les réseaux sociaux pour trouver des proches disparus "
Réponse de 'Lady Corrales' : "C’est moi sur la photo, la dernière fois que j’ai vérifiée, j’étais en vie. Mais merci d’utiliser ma meilleure photo ".


Nous avons pu joindre cette femme par Skype. Elle explique :

C'est un phénomène très intéressant... ces personnes [qui publient sa photo] semblent avoir des vies misérables, et veulent juste avoir une visibilité sur les réseaux sociaux pour se sentir exister. Ces trolls m'attaquent sans cesse, et ont même réussi à tromper des médias locaux. Un matin ils m'ont même appelé chez moi ! J'ai du changer mon numéro de téléphone, et prévenir mes amis, ma famille et mes collègues de boulot sur cette situation. Je change maintenant mes mots de passe tous les jours. Mais je n'ai pas peur : ce sont des lâches, l'anonymat est leur seule arme. J'arrive à gérer cette situation, mais je suis assez inquiète de l'effet que peuvent avoir de tels trolls sur nos adolescents, ou sur des personnes plus vulnérables. Je veux juste dire que ces gens ne représentent pas les Mexicains sur Twitter - ça me désole qu'ils nous donnent une si mauvaise publicité.

Des "blagues" du plus mauvais goût

Toute la nuit, des internautes ont relayé des avis de recherches pour des Niçois dont les proches étaient sans nouvelles. Mais certains de ces avis étaient totalement faux.

Cet internaute, par exemple, a partagé une photo d’un ami soi-disant handicapé cérébral dont il disait être sans nouvelles. La photo a été retweetée plus de mille fois, ce qui a réjoui le twittos, trépignant de gagner des followers…


Mais peu de temps après, cet ami lui a répondu sur Twitter, et a rassuré ses amis sur le fait qu’il était à Paris, et non pas à Nice.



Si cette "blague" macabre a fait rire quelques-uns de leurs amis, elle a aussi rendu de nombreux internautes furieux.


Cet autre internaute n’a rien trouvé de mieux que de poster la photo d’un petit garçon blond, en prétendant que c’était son petit frère et qu’il s’était perdu dans la foule à Nice. Plus de 4 000 personnes l’ont retweeté.


Mais en lisant ses autres tweets écrits avant et après ce message, il apparait très clairement que l’internaute n’est qu’un troll qui s’amuse de l’émotion suscitée par son faux avis de recherche.



Vigilance

Quand vous voyez circuler des photos de présumées victimes ou suspects, vérifiez qui a publié la photo en premier. Si vous ne connaissez pas cette personne, restez vigilants.

Si vous voulez savoir si une photo est déjà apparue dans d’autres cas, un conseil simple : mettez l’image dans Google Images pour voir si elle a déjà été publiée sur internet par le passé. Il suffit de faire un clic droit, de copier l’adresse URL et de la coller dans la barre de recherche de Google Images pour connaitre ses occurrences. Cette technique permet par exemple très facilement de voir que la photo du Mexicain circule depuis longtemps et de savoir immédiatement qu’il n’est pas parmi les victimes de l’attentat.

Nous expliquons en détail cette technique et toutes les autres techniques de vérification d’images amateur ici : Comment vérifier les images mateurs sur les réseaux sociaux