Vous avez peut-être vu cette photo circuler sur Internet récemment : cet homme a été présenté comme l’une des personnes ayant été tuée dans l’attentat survenu mardi soir à l’aéroport Atatürk d’Istanbul. Mais il a aussi été présenté comme une victime du crash Egypt Air le mois dernier. Et de beaucoup d’autres drames récents. Or il est bien vivant, et derrière ce visage se cache une histoire rocambolesque venue du Mexique, qui pose la question des limites de la diffamation sur Internet.


L’équipe des Observateurs de France 24 a est tombée sur cette photo pour la première fois après le crash de l’avion EgyptAir.

Des internautes avaient diffusé cette image affirmant que l’homme faisait partie des victimes de l’accident. Plusieurs articles sur Internet, notamment sur le site de la BBC, avaient à l’époque révélé la supercherie en démontrant que des "trolls " [des personnes qui cherchent à créer une polémique ou à nuire sur Internet] s’amusaient à diffuser des photos de fausses victimes de l’accident, "dans le but de berner les médias" selon les auteurs des articles. Mais aucun média n’avait identifié l’homme en question.

Article rédigé sur le site de la BBC au lendemain du crash du vol EgyptAir recensant les photos de fausses victimes qui circulaient sur internet.

Cet homme ne fait effectivement pas partie des personnes officiellement décédées lors de l’accident du 19 mai dernier. Il ne fait d’ailleurs pas davantage partie des victimes de la fusillade à l’aéroport Atatürk d’Istanbul survenue mardi soir et qui a fait, selon un bilan disponible ce mercredi à la mi-journée, 41 morts et 239 blessés. Pourtant, sa photo est de nouveau ressortie sur Twitter à cette occasion.

Capture d'écran d'un tweet diffusé mardi 28 juin au moment de la fusillade à l'aéroport d'Istanbul.

Idem lors de la tuerie survenue à Orlando (Floride) dans une boite de nuit gay le 12 juin dernier. On retrouve son portrait dans une vidéo du New York Times présentant des images des victimes du drame.

Le visage de cet homme s'est retrouvé dans une compilation vidéo des victimes de la tuerie d'Orlando publiée sur le New York Times. La vidéo est toujours disponible ici. On aperçoit son visage à 2:45.

En fait, ce visage est régulièrement associé à toutes sortes d’événements tragiques. Le19 juin, la police mexicaine avait tiré sur une foule rassemblée pour protester contre une réforme éducative, faisant au moins huit morts.  Des internautes avaient, sur Twitter, présenté cette fois l’homme comme le fonctionnaire qui avait donné l’ordre aux policiers de tirer sur la foule.

Une affaire d’escroquerie et de vengeance personnelle à l’origine du hoax

Intrigué par la récurrence de ces photos, l’équipe des Observateurs de France 24 a voulu en savoir plus. L’intégralité des publications renvoie à des internautes basés au Mexique. Tous ces internautes, contactés par France 24, donnent la même version : ils affirment avoir été escroqués par cet homme, pour des petites sommes allant jusqu’à 1 000 dollars, dans une affaire de prêts jamais remboursés. L’un d’eux affirme :

Je connais quatre victimes de cet homme, qui est un de mes anciens amis. J’ai porté plainte contre lui au pénal et au civil. Comme l’affaire traîne, et qu’il ne nous rend pas notre argent, nous avons décidé de poster des photos de lui sur Internet, uniquement pour l’embêter… et ça marche ! Pour nous, l’objectif, c’est que son visage soit connu du monde entier et que sa réputation soit ruinée.

Les détracteurs de cet homme utilisent de très nombreuses photos de lui, à différents âges de la vie.

Une affaire personnelle autour d’une question d’argent est donc à l’origine de la diffusion systématique du visage de cet homme sur les réseaux sociaux et dans des médias internationaux. France 24 a pu le retrouver mais a décidé de ne pas diffuser son véritable nom. Il ne nie pas être impliqué dans une affaire juridique et explique, fataliste :

Ma photo circule partout, à cause de quelqu’un qui a eu envie de faire une plaisanterie après un litige… Maintenant, j’apparais dans plusieurs histoires que tout le monde retweete. J’ai demandé à la la BBC de supprimer ma photo mais ils ne m’ont jamais répondu. J'ai vu ensuite ma photo sur le New York Times, mais je ne les ai pas contactés. Je n’ai pas porté plainte contre les personnes qui ont diffusé ma photo, car ce genre de procédures n’aboutit jamais au Mexique.

Sa photo apparait àdans de nombreux retweet sur Twitter dans des contextes très différents.

Que risque un individu qui diffuse sur Internet pour se venger la photo de quelqu’un d’autre ?

La question dépend de la législation du pays concerné. Le droit mexicain prévoit une peine de prison allant de six à 24 mois dans le cas où "la calomnie porte atteinte à l’honneur ". En France, la jurisprudence sur le cyber-harcèlement et la e-réputation est en construction. Fabrice Lorvo, avocat spécialiste du droit des médias pour le cabinet FTPA et chroniqueur sur France Culture, précise cependant :

Aujourd'hui, les réseaux sociaux peuvent être utilisés instantanément, avec un hashtag comme instrument de vengeance personnelle. Il s’agit d’une situation nouvelle qui résulte de la possibilité, donnée à tout un chacun, de publier sans contrôle. Avant la révolution numérique, seuls les médias avaient la possibilité de s’adresser ainsi au monde entier or lesdits médias ont une déontologie et sont soumis à un régime qui les oblige à s’identifier.

Si le droit français était applicable, l’auteur d’un tweet [relayant la photo de cet homme] pourrait être poursuivi, soit au civil pour atteinte au droit à l’image (le consentement d'une personne à être photographiée est différent de son autorisation à diffuser son image), soit au pénal (si la photo a été prise dans un lieu privé sans son consentement ou si les commentaires de la photo sont considérés comme injurieux ou diffamatoires). Une action serait aussi envisageable devant la CNIL [Commission nationale de l’informatique et des libertés] si un site Internet refusait de stopper la diffusion.
Cette affaire démontre que les médias historiques sont de plus en plus influencés par les réseaux sociaux et qu’ils commencent à relayer ces images sans faire les vérifications de base !

En France, quelques peines ont été prononcées en 2014 suite à la diffusion de photos de tiers en ligne. Un homme a été condamné à douze mois de prison avec sursis et 5 000 euros d’amende dans une affaire "revenge-porn ": il avait diffusé sur internet des photos intimes de son ex-femme pour se venger après une rupture. En novembre de la même année, une femme a été condamnée à deux ans de prison avec sursis et à des dommages et intérêts pour avoir créé sur Facebook de faux-comptesoù elle publiait des informations diffamatoires sur une personne.

Pour en savoir plus, sur comment vérifier des images qui circulent sur les réseaux sociaux, n'hésitez pas à consulter l'article ci-dessous :

>> Guide de vérification des images sur les réseaux sociaux


Articlé rédigé par Chloé Lauvergnier  (@clauvergnier) et Alexandre Capron (@alexcapron), journaliste aux Observateurs de France 24