Lassés de devoir jeter chaque jour des kilos de nourriture, alors que de nombreux Argentins sont contraints de fouiller dans les poubelles pour trouver à manger, des restaurateurs de Tucumán – une ville dans le nord du pays – ont installé un frigo en libre-service sur un trottoir, il y a trois mois. Le principe : permettre à chacun de le remplir ou de se servir gratuitement, pour éviter le gaspillage alimentaire.


Ce type de frigos existait déjà en Allemagne ou encore en Espagne, depuis plusieurs années. Mais le concept s’est développé ces derniers mois également en Argentine, où 16 millions de tonnes de nourriture seraient jetées tous les ans, selon le Ministère de l’Agro-industrie.

"Prends librement seulement ce dont tu as besoin", indique ce panneau, situé à côté du restaurant MUÑA MUÑA de notre Observateur à Tucumán. Photo publiée sur la page
Facebook du restaurant.

"Une soixantaine de personnes viennent se servir dans notre frigo tous les jours"

Luis Manuel Pondal est propriétaire de trois bars-restaurants à Tucumán. Avec son associé Fernando Rios Kissner, il a installé le premier de ces "frigos sociaux" dans la ville, à la mi-février.

Pendant des années, nous avons jeté d’importantes quantités de nourriture, notamment les restes des clients. Un jour, après avoir terminé notre journée, vers 1 h du matin, nous avons vu un homme mettre son fils à l’intérieur d’une grosse poubelle, devant l’un de nos restaurants, pour qu’il y cherche de la nourriture. Cela nous a choqués, surtout qu’ils allaient peut-être récupérer ce que nous avions jeté quelques minutes plus tôt.

Du coup, nous avons lancé le projet "Heladora Social" ["Glacier Social"], afin que les gens puissent récupérer cette nourriture dans la dignité. Nous avons installé un frigo à l’extérieur de l’un de nos restaurants, où nous mettons des restes qui n’ont pas été touchés par les clients et des plats qui n’ont pas été consommés pour une raison ou une autre. Parfois, nous récupérons aussi de la nourriture à la fin de salons, de mariages…

"L’immense majorité de la nourriture provient des gens du quartier"

Très vite, des voisins ont également commencé à remplir le frigo : certains apportent des restes, d’autres préparent des plats exprès pour les donner... Ils peuvent laisser des légumes, des fruits, ainsi que des plats cuisinés s’ils sont bien emballés, en indiquant la date à laquelle ils ont été préparés. Désormais, l’immense majorité de la nourriture vient des gens du quartier !


Un plat de pâtes, avec de la sauce, élaboré le 27 février 2016. Photo publiée sur la page
Facebook "Proyecto Heladera Social".

Des plats préparés par une famille chaque lundi, exprès pour le "frigo social" de notre Observateur. Photo publiée sur la page
Facebook "Proyecto Heladera Social".


Une soixantaine de personnes viennent se servir dans ce frigo tous les jours. Elles viennent d’une zone très pauvre, située en dehors du centre-ville, où elles vivent de façon très précaire. Certaines sont même à la rue.


Photo publiée sur la page
Facebook "Proyecto Heladera Social".

 
"Les 'frigos sociaux' se sont multipliés dans le pays ces dernières semaines"

Deux autres frigos similaires ont ensuite été installés à Tucumán. L’un a été mis en place à l’entrée de la Fondation León, qui œuvre en faveur des personnes démunies, un autre dans le bureau d'une paroisse.


Un frigo installé dans une paroisse de Tucumán. Photo publiée sur la page
Facebook "Proyecto Heladera Social".


Et surtout, le nombre de "frigos sociaux" se sont multipliés dans le pays ces dernières semaines. Maintenant, il y en a presque dans toutes les provinces : Salta, Misiones, Rosario, Jujuy, La Rioja, Chaco, Córdoba, Santa Fe, Catamarca, Mendoza, etc.


Ce post Facebook annonce la mise en place d'un "frigo social" à Rosario de la Frontera, dans la province de Salta.

Ce frigo a été installé à La Rioja. Photo publiée sur la page
Facebook "Proyecto Heladera Social".


En général, ces frigos ne sont pas gérés par des restaurateurs, mais par des citoyens, des associations, des fondations… À Buenos Aires par exemple, c’est l’ONG "Red Solidaria" ["Réseau Solidaire"] qui en a installé un sur la place de Mai [face au palais présidentiel, NDLR]. Elle a aussi mis en place une "penderie sociale" à côté : les gens peuvent apporter des habits, qui sont remis en état par des professionnels, avant d’être mis à disposition des gens gratuitement. Il y a un vide juridique au sujet de ce qu’il est possible de faire avec les restes de nourriture, ce qui facilite la tache.

Solidarité, inflation et pauvreté : les raisons d’un succès

Je pense que ces frigos fonctionnent car les Argentins sont très solidaires. Beaucoup d’entre eux sont prêts à aider leurs prochains si on leur indique comment faire. Cela fait d’ailleurs longtemps qu’il existe des cantines populaires ou encore des organisations qui distribuent de la nourriture. Mais la différence, c’est qu’elles n’utilisent que des denrées non périssables – comme les conserves – et elle ne donnent pas de plats cuisinés. C’est tout le contraire avec les "frigos sociaux".

Par ailleurs, ce succès s’explique par le contexte économique actuel. Les prix des produits alimentaires ne cessent d’augmenter, en raison de l’inflation. Par exemple, ici, le prix de la viande a doublé au cours des cinq derniers mois. Du coup, c’est très compliqué pour les plus pauvres, qui ont toujours été nombreux dans le pays.


Des œufs en chocolat déposés dans le "frigo social" de notre Observateur, à Pâques. Photo publiée sur la page
Facebook "Proyecto Heladera Social".


Selon le Fonds monétaire international, en 2015, le taux d’inflation était de 27 % environ en Argentine, soit le plus élevé dans le monde après le Venezuela et l’Ukraine. L’inflation est chronique dans le pays, puisque la hausse des prix oscille entre 20 % et 35 % depuis huit ans. Parmi les facteurs d’explication : la dévaluation fréquente du peso, la baisse des réserves en dollars ou encore le fait que les autorités fassent régulièrement fonctionner la "planche à billets".

En outre, selon un récent rapport de l’Observatoire de la dette sociale de l’Université catholique argentine, 35 % de la population vit dans la pauvreté actuellement, contre 29 % à la fin de l’année 2015.




Article écrit en collaboration avec
Chloé Lauvergnier

Chloé Lauvergnier , Journaliste francophone