Non, ces cours d’eau n’ont pas été pollués par un agent chimique ultra-toxique… Ce sont des agents de l’intersyndicale des personnels de l’environnement qui y ont versé de la fluorescéine, un colorant vert inoffensif, afin d’alerter les politiques français et le grand public sur la nécessité de protéger l’environnement.


Cette opération – baptisée "rivière verte" – a été lancée lundi dans douze départements français (Ardèche, Aude, Calvados, Finistère, Gard, Gironde, Indre-et-Loire, Ille-et-Vilaine, Haute-Savoie, Moselle, Orne et Paris).

Commune de Touques (Calvados). Vidéo postée sur la page Facebook Agents Environnement.

"On a lancé l’opération en marge de l’ouverture de la quatrième conférence environnementale et quelques mois après la COP 21, afin de dénoncer le décalage entre les discours et les actes", indique Yannick Pognart, porte-parole de l’intersyndicale des personnels de l’environnement. "Depuis plusieurs années, les moyens attribués aux services publics chargés de la protection de l’environnement ne cessent de diminuer. On est de moins en moins nombreux sur le terrain, donc on ne peut plus effectuer nos missions correctement. On a souhaité lancer un cri d’alerte en direction du ministère de l’Environnement et du grand public."

De nombreux riverains ont fait part de leur étonnement lundi, en constatant la couleur des rivières. Mais celle-ci a disparu en quelques heures. Le colorant s’est en effet dégradé sous l’effet de la lumière et a été dilué dans le courant.

L'Odet, à Quimper (Finistère). Vidéo postée sur la page Facebook Agents Environnement.

L'Ardèche, à Vogüé (Ardèche). Photo postée sur la page Facebook Agents Environnement.

La Vilaine, à Rennes (Ille-et-Vilaine). Photo postée sur la page Facebook Agents Environnement.

Fontaine Saint-Sulpice, à Paris. Photo postée sur la page Facebook Agents Environnement.

L'Eau Bourde, entre Gradignan et Bègles (Gironde).


Article écrit en collaboration avec
Chloé Lauvergnier

Chloé Lauvergnier , Journaliste francophone