Encagoulés et mitraillettes au poing, des combattants de l’organisation État islamique kidnappent des femmes yazidies sous les yeux de leurs proches pour en faire des esclaves. C’est ainsi que cette vidéo, devenue rapidement virale le mois dernier, a été présentée sur les réseaux sociaux et par plusieurs sites d’information. Avant que l’on ne découvre… qu’elle avait été filmée lors du tournage d’un documentaire fiction.

Au moment de son apparition sur les réseaux sociaux, ces images avaient été présentées comme tournées à l’insu de jihadistes de l’EI qui étaient en train de kidnapper des femmes yazidies dans une école de la ville de Sinjar, en Irak. Selon les internautes, ces femmes allaient ensuite être réduites en esclavage.

À l’époque, nous avions enquêté sur cette vidéo. Son scénario est plausible : il a été en effet établi à plusieurs reprises que des femmes yazidies ont été réduites en esclavage par le groupe jihadiste. Nous avions toutefois des doutes sur son authenticité. Car jusqu’ici, très peu d’images volées des combattants l’EI ont filtré sur la Toile. Les jihadistes tiennent à maîtriser leur communication de bout en bout et les filmer à leur insu est à l’évidence extrêmement dangereux. Ne parvenant pas à la vérifier, nous avions donc choisi de ne pas relayer la vidéo.

Plusieurs sites d’information ont au contraire diffusé ces images. Le Dailymail, rompu aux erreurs de ce genre et régulièrement épinglé sur notre site, a notamment a relayé les images sur sa plateforme vidéo. De même que le site Russia Today, qui croit savoir que ces femmes ont été enlevées sous les yeux de leurs époux.

Les fausses images des de femmes kidnappées par l’EI, relayées par le Dailymail sur sa plateforme vidéo.
 
La vidéo a également été diffusée par Russia Today.

Dans une interview télévisée, un assistant réalisateur qui a travaillé sur le tournage d’un docu-fiction racontant les exactions de l’EI contre les Yazidis, lors de la prise de Sinjar en août 2014, a fini par dévoiler le pot-aux-roses.

Chinwar Kamel explique que cette vidéo a été filmée dans une école située près de la ville irakienne de Dohok en décembre 2015. Ce jour-là, l’équipe de tournage était en train de filmer une scène d’enlèvement par des combattants de l’EI. Dans cette interview, on peut même voir les coulisses du tournage.

L'interview de Chinwar Kamel expliquant que la supposée vidéo volée était en réalité issue d'un documentaire.

Capture d'écran d'un reportage montrant les coulisses du tournage du docu-fiction.

"Je ne sais pas qui a filmé cet extrait, peut-être l'un des habitants présents sur les lieux ou un figurant", a encore expliqué l'assistant réalisateur. Il a également indiqué avoir contacté la personne qui été la première avoir posté cette vidéo sur les réseaux sociaux pour lui demander de préciser qu’il s’agissait d’un tournage, sans succès.

Ce n’est pas la première fois que des images tirées d’un film sont prises pour des scènes réelles de combats et d’exactions. En novembre 2014, un réalisateur norvégien avait induit plusieurs médias en erreur en publiant un court métrage de fiction montrant un enfant syrien en soi-disant en train des sauver une fillette visée par des snipers. Cette vidéo avait été vue plus de 6 millions fois sur les réseaux sociaux et relayée par plusieurs sites d’information.