Observateurs

La photo d’un colonel israélien prétendument arrêté en Irak avec des combattants de l’organisation de l’État islamique a émergé sur plusieurs sites ultraconservateurs européens ces derniers jours. Mais ce soldat ne peut se trouver en Irak… puisqu'il est mort en 2014.


L’"information" émane de l’agence iranienne de presse semi-étatique FarsNews et a été publiée le 29 septembre dernier. Le site affirme que les autorités irakiennes auraient capturé "un colonel israélien de la brigade Golani" du nom de Yusi Oulen Shahak avec un groupe de combattants de l’organisation de l’État islamique (EI). L’information est reprise par plusieurs sites, dont RaiNews en Italie, citant l’agence iranienne, sans vérification supplémentaire. Puis elle est relayée par plusieurs blogs ultraconservateurs, ici en italien mais aussi en espagnolen anglais ainsi que par plusieurs site francophones. Certains ajoutent même une présumée photo du dénommé Yusi Oulen Shahak.

La présumée photo du soldat est reprise sur plusieurs blogs ultra-conservateurs, comme le blog "Informare" en Italie tenu par Gianni Fraschetti, proche de la droite italienne.

La photo du soldat est utilisé dans plusieurs montages sur des sites conspirationnistes associant Israel à l'EI. Ici, sur le site tasminnews.com.

Pourtant, une simple recherche via Google Images permet de retrouver cette photo dans différents articles postés il y a plus d’un an : il s’agit du visage d’Oron Shaul, un soldat israélien dont le cas avait été médiatisé en juillet 2014 lors de la guerre de Gaza. Blessé dans l’attaque d’un tank puis capturé par le Hamas, le jeune homme est mort le 25 juillet 2014. Le groupe armé avait alors exigé une rançon afin de remettre le corps à la famille.

Le journal israélien Yediot Aharonot daté du 23 juillet 2014 avait d’ailleurs utilisé la même photo en une de son édition, ainsi que celles des autres soldats morts lors de cette attaque.

À la une du journal israélien Yediot Aharono le 23 juillet, la même photo du soldat, en réalité Oron Shaul, décédé lors d'une attaque à Gaza en juillet 2014.

À la source de cette désinformation qui voudrait prouver qu’Israël est derrière l’État islamique, on retrouve une fois de plus un média iranien. En effet, cette rhétorique "complotiste" est souvent alimentée par des médias proches des conservateurs iraniens ou de leurs alliés du Hezbollah libanais. Ces mêmes sources qui ont lancé la rumeur selon laquelle Edward Snowden avait affirmé que Bagdadhi était juif et avait été formé par le Mossad, mais qu’aucun document n’est venu appuyer.

Et en Iran, ces accusations viennent parfois de très haut. Le guide suprême Ali Khamenei a plusieurs fois insinué, via son compte Twitter non officiel, que derrière les actions de ceux qu’ils appellent les "takfiris", mot qui désigne pour lui les salafistes et notamment ceux de l’EI, il fallait voir la main cachée des renseignements occidentaux. Et de conclure son tweet par #CIA.


Ce billet a été rédigé en collaboration avec le site italien de vérification des fausses informations sur Internet, Bufalo un tanto al chilo.

Article écrit en collaboration avec
Alexandre Capron

Alexandre Capron ,Journaliste francophone

Israël /  Intox /  Irak /  Etat Islamique