ACTUALISATION - 02/11/2015 : Le groupe État islamique a revendiqué dans une vidéo diffusée dimanche sur internet les meurtres d'Ibrahim Abdelkader et de son ami Farès Hamadi.

                                                                     *************************************


Le jeune activiste syrien Ibrahim Abdelkader et l'un des ses amis ont été retrouvés morts vendredi matin à Urfa, au sud de la Turquie. Ibrahim était membre de "Raqqa est massacrée en silence", un réseau d’activistes qui enquêtent, au péril de leur vie, sur les exactions du groupe État islamique (EI) à Raqqa, l'un des bastions de l’organisation jihadiste au nord de la Syrie.


Ibrahim Abdelkader et son ami Farès Hamadi ont été retrouvés décapités vendredi à leur domicile, a indiqué l'un des fondateurs du groupe d'activistes, Abou Mohammad. Les responsables de ce groupe accusent l’EI d’être responsable de leur assassinat. De son côté, l'agence de presse turque DHA a indiqué, que la police avait arrêté sept Syriens, sans donner plus de détails.

Originaire de Raqqa et âgé de 20 ans, Ibrahim militait au sein de "Raqqa est massacrée en silence" depuis avril 2014. Mais cela faisait environ un an qu’il s’était réfugié en Turquie. Depuis la ville d’Urfa, il coordonnait le travail des militants restés à Raqqa et se chargeait de relayer leurs vidéos et photos sur les réseaux sociaux. Son travail consistait également à mettre les médias en relation avec les activistes sur le terrain. C’est d’ailleurs grâce à lui que nous étions parvenus ces derniers mois à réaliser plusieurs articles sur la situation à Raqqa, notamment sur le quotidien d’une population prise en étau entre les frappes aériennes du régime syrien et les nombreux interdits imposés par les jihadistes.

Ce n’est pas la première fois que des militants du réseau "Raqqa est massacrée en silence" sont pris pour cible. En juillet 2015, l’EI avait exécuté deux membres de ce groupe, les jihadistes les accusant d’avoir filmé leurs QG en cachette à Raqqa.

C’est toutefois la première fois que l’un de ses membres est assassiné hors de Syrie. Urfa, où les deux jeunes ont été découverts morts, est considérée comme un carrefour des candidats aux jihad qui se rendent en Syrie.

Vous pouvez lire les articles rédigés avec l’aide des militants du réseau "Raqqa massacrée en silence" ici :

- "Foodporn" pour les combattants de l'EI, soupe populaire pour les autres

- Comment des jihadistes de l’EI ont mis la main sur les aides de l’ONU

- EI : témoignage exclusif de Raqqa pendant les frappes

- À Raqqa, ils osent les tags anti-EI au péril de leur vie

- Interview réalisée peu de temps après le début des frappes sur Raqqa, en octobre 2014.