Observateurs
 
Quelques jours après la bousculade meurtrière de la Mecque, qui a fait plus de 700 morts et 900 blessés, un internaute nous signalait cette photo qui circule sur les réseaux sociaux, notamment en Iran.  On y verrait des "bulldozers ramasser les corps  des victimes"...

La  tragédie a eu lieu le 24 septembre, jour de l’Aïd el-Kébir, la fête musulmane du sacrifice, dans la zone de Mina, située à quelques kilomètres de la Mecque, premier lieu saint de l’islam. Le drame a été provoqué par la rencontre entre deux flux de pèlerins, l’un quittant le site de Jamarat, où a lieu le rituel dit de "lapidation de Satan", et l’autre arrivant en sens inverse, le long d’une rue d’une dizaine de mètres de large. Si les bousculades sont récurrentes sur le lieu du pèlerinage, il s’agit de la plus meurtrière depuis vingt-cinq ans.
 
Sur les photos prises après la catastrophe par des photojournalistes d’agences, on aperçoit des cadavres, par dizaines, joncher le sol. Certains ont été recouverts de draps blancs, tandis que les secours s’affairent pour emmener les blessés sur des brancards au milieu de la foule.

Mais rapidement, les premières critiques se font entendre. Sur la responsabilité des autorités saoudiennes d’abord, qui n’ont pas su empêcher la catastrophe. Puis sur l’évacuation des cadavres, photos à l’appui.

C’est ainsi qu’ont commencé à circuler plusieurs images des corps entassés les uns sur les autres, mais aussi celle-ci, présentée avec un bulldozer ramassant des cadavres après la catastrophe. Les internautes qui relaient l’image s’indignent d’un tel traitement, incriminant pour certains le pouvoir "satanique" saoudien.
 

 
Namnak.com, un site iranien peu connu, s’est employé à vérifier la date de publication de cette dernière image et révèle que la photo du bulldozer fait partie d’une série de photos prise après une autre bousculade, il y a plus de dix ans. Il indique que les photos de la serie ont été postées ici en 2004 par un internaute.


Les photos publiées par le site iranien semblent en effet avoir été prises au même endroit, au même moment. On reconnaît notamment le monument blanc à l’arrière. C’est là qu’a lieu la symbolique cérémonie de "lapidation du diable", ou Jamarat, au cours de laquelle les pèlerins expriment le rejet de la tentation et des péchés. Un autre détail permet d’affirmer que la photo des bulldozers ne date pas de 2015. Le lieu a été agrandi et rénové après une bousculade en 2006. Il est aujourd’hui plus grand et plus ovale que le monument qui se trouve derrière le bulldozer.

 Un autre journaliste affirme que la photo du bulldozer ne peut pas dater de 2015. À gauche, la site du rituel après les travaux.

Le site iranien Namnak ne remet pas en question le fait que le bulldozer ramasse  des cadavres, pourtant cette photo ne permet en aucun cas de l’affirmer. Si des cadavres se trouvent au sol à proximité de l’engin, la qualité de l’image est trop mauvaise pour distinguer le contenu de la pelle du bulldozer. Il pourrait aussi bien s’agir d’effets personnels abandonnés par les pèlerins pendant la bousculade. Nos Observateurs saoudiens, interrogés sur le sujet, nous disent qu’à leur connaissance, les équipes de secours n’ont jamais eu recours à des bulldozers pour évacuer les cadavres lors des précédents drames. 

Bien que datée et douteuse, l’image a été largement reprise par des comptes Twitter iraniens, la République islamique ayant perdu  464 ressortissants lors de ce drame.

La tragédie a par ailleurs ravivé des tensions au plus haut niveau entre les deux pays, l’Iran accusant directement les autorités saoudiennes d’être "responsables de l’incident". Tandis que le ministre de la Santé saoudien a expliqué à la télévision que la bousculade était en partie de la responsabilité de pèlerins n’ayant pas suivi les consignes de sécurité.

Article écrit en collaboration avec
Alexandre Capron

Alexandre Capron , Journaliste francophone