Dessin d'élève après l'atelier pédagogogique.

Au printemps 2015, France 24 diffusait une vidéo pour aider les internautes à déjouer les tentatives de manipulation d’images et autres théories complotistes qui pullulent sur Internet. Une enseignante a décidé d’utiliser cette vidéo pour former ses élèves de 10-11 ans à la vérification de l’information sur Internet. Les enfants ont ensuite décliné ces démonstrations en dessins. Et visiblement, le message est bien passé.

Rose-Marie Farinella Elkabbach est enseignante à Taninges, en Haute-Savoie. Ancienne journaliste, elle a décidé de faire de la formation aux outils numériques une priorité pour ses élèves, mais surtout d’aiguiser leur vigilance vis-à-vis des informations diffusées sur les réseaux sociaux et les sites internet.

C’est ainsi qu’elle a lancé, en mars et avril 2015, l'atelier pédagogique "S’informer et communiquer sur Internet et les réseaux sociaux". L’objectif étant "d'amener les élèves à devenir des 'e-citoyens' responsables et avertis pour éviter de se faire berner et manipuler."

Dans un billet publié sur l’Obs – Le Plus l’enseignante raconte leur avoir demandé de réfléchir au rôle de journaliste "pour appréhender les notions d’objectivité et de subjectivité". Via les exemples des pages d’accueil du Figaro, et de son pendant satirique le Gorafi, les élèves ont ensuite pu comprendre que sur le Net, il ne fallait pas se fier aux apparences. Dans ces cas précis, il suffit pourtant de faire quelques recherches sur les sites, notamment dans les pages "À propos", pour savoir s’il s’agit d’information ou d’un site humoristique. Et les enfants ne sont d’ailleurs pas les seuls à tomber dans le piège. En 2014, l'ancienne ministre du logement Christine Boutin relayait une fausse information diffusée par le Gorafi pour argumenter dans le cadre d’un débat télévisé sur la loi sur la famille.


"Certains se laissent tenter par la première info qui leur tombe sous la main, écrit l’enseignante, et le résultat est plus qu’aléatoire. Un exposé à faire sur l’égalité, et la première ressource proposée par votre moteur de recherche est le site "Egalité et Réconciliation" [site d’extrême droite complotiste, NDLR]. Pour l’instant, les robots des moteurs de recherche se contrefichent de la qualité ou de la validité d’une information. À l’internaute de se débrouiller tout seul."

Pour ce faire, plusieurs outils relativement méconnus sont pourtant déjà à la portée des internautes. Ils sont utilisés quotidiennement par l’équipe des Observateurs de France 24, des journalistes spécialisés dans la vérification d’images amateurs. Dans cette vidéo Info-Intox (ci-dessous) diffusée en mars 2015, nous avions fait plusieurs démonstrations, exemples à l’appui, de fausses images ayant circulé sur les réseaux, une vidéo que l’enseignante a fait visionner à ses élèves.

"Ils étaient très fiers de connaître des astuces de vrais hoaxbuster (…)  comme uploader une photo dans Google image pour retrouver où et quand elle a été postée"


Pour conclure cet atelier, les enfants ont réalisé une exposition sur "les règles et conseils de prudence pour naviguer sur Internet et les réseaux sociaux" dont voici quelques dessins. Du risque de propagation des rumeurs au harcèlement sur Internet en passant par la vérification des images et des sources d’information, le sujet a, semble-t-il, inspiré :








Dessins publiés avec l'aimable autorisation de l'Académie de Grenoble.

Billet écrit avec la collaboration de Ségolène Malterre @SegoMalterre, journaliste à France 24.