Le Parlement iranien a approuvé, mardi 24 juin, une proposition de loi visant à pénaliser les personnes qui auraient recours à une vasectomie ou à une ligature des trompes. La peine encourue : de deux à cinq années de prison. Une initiative ridiculisée sur les réseaux sociaux iraniens.

Cette interdiction fait partie d’une proposition de loi plus large qui a pour but d’encourager la natalité en Iran. Pendant longtemps, en raison du "baby boom" qui a suivi la guerre Iran-Irak, la politique du pays tendait à réduire le taux de natalité. Cependant, la position du gouvernement a changéces dernières années. L’ancien président Mahmoud Ahmadinejad a plusieurs fois déclaré que la population iranienne devait augmenter. Pendant ses visites en province, il n’a pas hésité à demander aux femmes de "s’y mettre".

En 2013, l’ayatollah Ali Khamenei lui-même a reconnu que ses précédentes prises de position pour contrôler la natalité étaient des erreurs et a annoncé un changement de cap. Les cours de planning familial à l’université ont ainsi été supprimés et les budgets alloués aux cliniques pour acheter des préservatifs et des pilules contraceptives ont été réduits. Les anciennes pubs affichées partout – ‘Un enfant c’est bien, deux c’est suffisant’ – ont disparu.

Cependant, les experts doutent que des mesures telles que la vasectomie et la ligature des trompes puissent inverser la tendance en matière de natalité. D’autres facteurs poussent en revanche déjà dans ce sens. Le niveau d’éducation progresse en Iran, notamment chez les femmes, dont 70 % utiliseraient déjà des contraceptifs. Et les difficultés économiques du pays ont tendance à décourager les familles à s’agrandir.

De nombreux Iraniens ont réagi à cette proposition de loi avec humour :

Au dessus du visage du guide suprême, Ali Khamenei, est écrit en farsi : "Quelle partie du "Non" vous ne comprenez pas ?"

Sur la droite en farsi : "Mon dieu, emmenez-le loin, à un endroit où il pourra au moins décider du sort de son penis"


“Police de l'éjaculation !" (Un jeu de mots – en farsi, le terme pour désigner la police morale ressemblant au mot "éjaculation")

“Voici une nouvelle pub à la télé : Offrez-vous un kit complet pour faire une #vasectomie chez vous ! Le kit comporte un DVD pédagogique et des scalpels, parfait pour les opérations dans votre cuisine. Et tout ça pour seulement 55 000 Tomans ! Mais ce n’est pas tout… Si vous appelez dans la prochaine demi-heure, vous recevrez aussi une paire de ciseaux gratuite ! Il ne vous reste qu’à envoyer le chiffre 1 au numéro qui s’affiche en bas de votre écran ”


“Une nouvelle pub : des voyages #vasectomie de trois jours, avec une salle d’opération au bord des superbes plages d’Antalya [en Turquie] ”

“Ce n’est pas bien compliqué ! D’abord, tu coupes un peu la peau. Puis tu verras deux tubes : tu coupes le tube bleu, mais pas rouge, sinon tout explose. #vasectomie ”

Une journaliste écrit : "Un de nos députés a plaidé contre la pénalisation de la #vasectomie… mais seulement parce que les prisons sont déjà bondées. #histoirevraie "

“Allô, police ? Je voudrais signaler une contraception ! ”

Quelqu’un devrait dire à notre équipe de foot d’aller se faire opérer pendant qu’ils sont au Brésil. Parce qu’ici, on encourt cinq années en prison ! #vasectomie"


Cette proposition de loi doit encore être approuvée par une autre chambre législative avant d’entrer en vigueur. Le bureau du président iranien – qui n’a pas de droit de véto sur les lois votées par le Parlement – a annoncé qu’il était opposé à la pénalisation de la vasectomie et de la ligature des trompes.