Observateurs
 
Des prises de vue aériennes, des explosions au ralenti, des images prises dans le viseur d’une arme et des tirs en rafale. Non, il ne s’agit pas d’un film d’action hollywoodien mais de la dernière vidéo de propagande des djihadistes sunnites de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL). Un film d’une heure, d’une violence extrême, diffusé quelques jours avant le lancement de leur offensive fulgurante dans le nord de l’Irak.

Le film s’intitule "Le choc des épées IV". Car comme pour un film américain à succès, les djihadistes de l’État islamique en Irak et au Levant ont choisi de décliner leur vidéos de propagande en plusieurs épisodes. Celui-ci a été diffusé pour la première fois sur des forums Internet utilisés par le groupe armé, puis il a été posté sur le compte Twitter officiel du groupe le 17 mai 2014.

Le film s’ouvre sur une carte de cette zone fictive que les combattants appellent l’"État islamique en Irak et au Levant" et qui englobe la Syrie, le Liban, la Jordanie, la Palestine et l’Irak. Suivent des plans filmés par un drone qui tourne au-dessus de Fallouja, ville irakienne que le groupe contrôle depuis début 2014. Puis un tir de lance-roquette résonne, comme pour marquer le début de "l’action".  (La vidéo originale est visible ici. FRANCE 24 a sélectionné plusieurs passages.)
 
 

Un message à l’armée irakienne

 "Le choc des épées" est une ensemble de films de propagande sur l'Irak qui a commencé à être diffusé il y a plusieurs années. Et, alors que depuis des mois l’EIIL diffusait essentiellement des images de combats en Syrie, avec ce montage choc diffusé le 17 mai, les djihadistes remettent l'Irak sur le devant de la scène en montrant des véhicules officiels irakiens mitraillés, des soldats irakiens froidement exécutés et leurs  blindés détruits. Cet épisode du "Choc des épées VI" sonnait comme un avertissement, trois semaines avant le début de l’offensive de l’EIIL sur les villes de Mossoul, Tikrit et Kirkouk. 
 
Sur une route irakienne, des combattants mitraillent des véhicules supposés tranportant des officiels irakiens.
 
La vidéo, qui comporte de nombreuses images violentes, a été maintes fois effacée de YouTube. En vain. Difficile de dire à quel point elle a circulé et si elle a eu un impact sur le moral des soldats irakiens. Certains internautes avaient même prédit : "Cette vidéo causera entre 10 et 15 % de désertion [dans l’armée irakienne, NDLR]". Et effectivement, nombre d’entre eux n’ont même pas combattu à l’arrivée des djihadistes, préférant jeter leurs uniformes et se fondre parmi les civils en fuite . Dans le nord de l’Irak, l’ennemi djihadiste était pourtant 10 fois inférieur en nombre.
 
Un tank saute sur une mine sous les exclamations jubilatoires des combattants de l"EIIL.

Quand la réalité dépasse la fiction

Mettant l’action et le combat au cœur de leur vidéo, les combattants de l’EIIL se démarquent des communiqués face caméra habituellement diffusés par les groupes djihadistes. Un journaliste de CNN a d’ailleurs relevé des similitudes entre certaines scènes de ce montage et des scènes du film américain "Zero Dark Thirty" sur la traque de Ben Laden.

 
Mais si le style employé est effectivement digne des blockbusters produits à Hollywood, le groupe insiste sur le fait qu’il s’agit bien de faits réels. Pour ce faire, les djihadistes indiquent les lieux, et parfois la date à laquelle ont été filmées la plupart de leurs interventions.
 
La cruauté des scénarii d’exécution de l’EIIL fait froid dans le dos. À 38 minutes, des hommes, accusés d’avoir travaillé avec les États-Unis, sont filmés en train de creuser leur propre tombe.
 
Capture d'écran issue de la vidéo.

L’EIIL et les civils sunnites

Par les images sélectionnées dans ce montage, l’EIIL tient à démontrer qu’il s’attaque exclusivement aux officiers de l’armée irakienne et à ceux qui ont collaboré avec les États-Unis ou l’État irakien, dominé par la majorité chiite du pays. À 27’ minutes, les combattants vêtus d’uniformes de l’armée irakienne se filment à un faux barrage installé sur une route irakienne (ci-dessous). Croyant s’adresser à des soldats, le passager d’une voiture leur explique être un haut fonctionnaire irakien. Il est exécuté.
 
Focaliser leur propagande sur ces cibles est également un moyen de faire passer un message aux civils de ces régions sunnites du nord de l’Irak : ils resteront hors du conflit. Convaincre les habitants des villes sunnites de ne pas fuir constitue aussi un véritable intérêt pour les djihadistes qui, en se fondant dans la population, s’entourent d’un bouclier humain.  Mais ce que ces vidéos ne mentionnent pas, c’est quel sort sera réservé aux civils des zones chiites.
 
Des combattants s'adressent aux civils en Irak.
 
Après une avancée fulgurante dans le nord sunnite, des colonnes de l’EIIL seraient actuellement à 100 km de Bagdad, la capitale irakienne. Cette formation djihadiste, dont l’objectif est de créer un immense califat sunnite, est estimée à une dizaine de milliers de combattants.
 
Opération de nuit de l'EIIL.
Billet écrit avec la collaboration de Ségolène Malterre @segoF24 et Wassim Nasr @SimNasr , journalistes à France 24.