Des sans-abri de New Delhi avec leur première carte d'électeur, photo de l'ONG Aashray Adhikar Abhiyan.
 
Les électeurs de New Delhi ont voté, jeudi 10 avril, pour élire leurs députés. Un scrutin national auquel des sans-abri de la capitale indienne ont pu participer pour la toute première fois.
 
Officiellement, ils sont environ 60 000 sans-domicile fixe à vivre dans les rues de New Delhi. Mais les associations qui leur viennent en aide estiment ce chiffre à plus de 150 000. Jusqu’ici exclus de la vie politique, des milliers d’entre eux ont pu se rendre aux urnes pour ces élections législatives qui se déroulent entre le 7 avril et le 12 mai à travers le pays.

"La carte d’électeur peut aussi être utilisée pour ouvrir un compte en banque"

Sanjay Kumar travaille pour Aashray Adhikar Abhiyan, l’une des ONG qui ont collaboré avec les autorités de New Delhi pour procéder à l’inscription de SDF sur les listes électorales.
 
Ces gens vivent déjà en marge de la société alors nous avons voulu leur donner une chance de s’exprimer, sans quoi personne ne se soucierait de leur sort. Nous avons commencé à discuter de ce projet avec la commission électorale de Delhi en 2004 et quelques poignées de SDF avaient pu voter lors des élections législatives de 2009.
 
Pour le scrutin de cette année, nous avons réussi à enregistrer 12 000 sans-abri sur les listes électorales. La commission nous avait fourni les formulaires d’inscription et comme beaucoup de ces SDF sont analphabètes, nous les avons aidés à remplir ces documents. Il a ensuite fallu leur rendre visite à plusieurs reprises pour s’assurer qu’ils restaient bien à l’adresse qu’ils avaient déclarée et être sûr qu’ils allaient bien recevoir leur carte d’électeur. En général, les SDF ne donnent qu’un nom de rue ou de pont et ce sont les agents de la commission électorale qui vont leur remettre en personne leur carte d’électeur.
 
La carte d’électeur est très importante pour eux parce que non seulement elle leur permet de voter, mais aussi parce qu’elle peut être utilisée comme pièce d’identité. Cela leur permet d’accéder à des services de base dont ils ne pouvaient pas bénéficier jusqu’à présent, comme l’ouverture d’un compte en banque par exemple.
 
Des ONG ont collaboré avec la commission électorale pour inscrire des SDF sur les listes électorales, photo de l'ONG Aashray Adhikar Abhiyan.

"Il est content d’être impliqué dans les affaires du pays"

Pour Indu Prakash Singh, secrétaire du Forum national pour le droit au logement, ce document permet surtout aux sans-abri de se reconsidérer comme des citoyens à part entière.
 
Je connais un homme prénommé Sudir qui vit de petits boulots sur des chantiers de construction. Il est à New Delhi depuis 20 ans et habite aujourd’hui dans un centre d’hébergement pour SDF. Il a reçu sa carte d’électeur en décembre dernier et il est vraiment content de pouvoir être impliqué dans les affaires du pays.
 
 
Il a voté pour l’Aam Aadmi Party [le parti de l’homme ordinaire, formation anti-corruption issue de la société civile] car il a été séduit par leurs promesses d’améliorer les conditions de vie des sans-abri en ouvrant davantage de centres d’accueil et en créant plus d’emplois.
 
Dans une élection qui s’annonce très serrée, les principaux partis en lice courtisent ces nouveaux votants. Les nationalistes hindous du Bharatiya Janata Party, favoris du scrutin, et le Parti du Congrès du Premier ministre sortant Manmohan Singh, ont ainsi multiplié les engagements envers les sans-abri du pays.
 
Les associations estiment à 150 000 le nombre de sans-abri à New Delhi, photo de l'ONG Aashray Adhikar Abhiyan.
 
Billet rédigé par Man Ho Kam (@kam_manho), journaliste à France 24.