Observateurs
 
Aïsha aurait quitté l’Arabie saoudite pour aller faire le "djihad du sexe" en Syrie, où elle serait tombée enceinte d’un combattant islamiste. C’est du moins ce qu’affirment plusieurs médias officiels iraniens. Mais les internautes du pays ont flairé le piège.
 
Le site Bultan News, proche du pouvoir, affirme ainsi dans un article publié la semaine dernière, qu’une jeune Saoudienne prénommée Aïsha est partie en Syrie, il y a trois mois, pour y assouvir les besoins sexuels d’insurgés combattant le régime de Bashar al-Assad. La tâche accomplie, elle serait rentrée au pays après être tombée enceinte de l’un d’entre eux. 
 
Mais des blogueurs iraniens ont rapidement découvert que la photo utilisée pour illustrer l’article était en fait tirée d’une photo X diffusée sur un site pornographique. Cette histoire a été, selon eux, inventée par les médias iraniens afin de discréditer l’opposition syrienne. Le régime chiite de Téhéran soutient en effet le gouvernement syrien dans la guerre qui l’oppose depuis trois ans à une rébellion composée en majorité de sunnites et soutenue par l’Arabie saoudite.
 
Des rumeurs sur un prétendu "djihad du sexe" en Syrie circule depuis des mois. En septembre 2013, le ministre tunisien de l’intérieur Lotfi Ben Jeddou avait même affirmé que le phénomène existait bel et bien. Pourtant, il n’existe pour l’heure aucune preuve concrète et aucun témoignage crédible à propos de cette "guerre sainte du sexe".