Observateurs
 
En Arabie saoudite, on ne badine pas avec la morale. Un jeune saoudien a été arrêté dans la soirée de jeudi par la police religieuse pour avoir proposé des accolades aux passants en brandissant une pancarte  "Free hug" dans une rue de Riyad.
 
Deux jours avant son arrestation, Bender Swed avait posté une vidéo sur YouTube sur laquelle on le voyait offrir des câlins gratuits aux passants sur l’avenue Tahlia, l’une des principales artères de la capitale saoudienne. La vidéo est devenue rapidement virale – elle a été visionnée plus d’un million et demi de fois en seulement deux jours - et a déjà fait  des émules. D’autres jeunes saoudiens ont mené jeudi des opérations "Free hug" dans plusieurs grandes villes, notamment à al-Jubayl (est) et à Médine.
 
 
Des étudiantes d’une université de Riyad ont à leur tour lancé un appel sur les réseaux sociaux pour organiser une campagne similaire dimanche sur leur campus.
 
Un étudiant de Riyad avec une pancarte "Free hug"
 
L’initiative a suscité un vif débat sur les réseaux sociaux, entre ceux qui y voient une manière de rompre avec la morosité du quotidien et ses détracteurs qui dénoncent une tentative d’occidentalisation du pays.
 

"Il s’agissait seulement de faire sourire les passants"

Abdallah H. est de ceux qui soutiennent l’initiative de Bender Swed. Il a assisté à son arrestation jeudi soir.
  
Des agents de la Commission pour la promotion de la vertu et la prévention du vice ont interpellé Bener alors qu’il se promenait sur l’avenue Tahlia [l’équivalent des Champs-Élysées à Paris]. Il a été conduit au commissariat pour y subir un interrogatoire, comme s’il s’agissait d’un criminel. Aux dernières nouvelles, il est toujours en détention. J’espère qu’il ne sera pas inculpé parce qu’il n’a rien fait de mal.
 
Comme beaucoup de Saoudiens, j’ai regardé sa vidéo sur YouTube et elle m’a beaucoup plu. Je ne comprends pas cette réaction, je n’ai rien vu de scandaleux sur ces images. Il n‘a pas eu de comportement inapproprié et il n’a pas proposé d’accolade aux filles. Il s’agissait seulement de faire sourire les passants.
 
Ma crainte, c’est que les autorités fassent de lui un exemple, le punir pour décourager d’autres actions de ce type parce que sa vidéo a soulevé beaucoup d’enthousiasme chez les jeunes.
   
La Commission pour la promotion de la vertu et la prévention a en outre annoncé vendredi avoir interpellé deux jeunes qui proposaient des "Free hug" à Riyad. Elle a toutefois précisé qu’ils ont été libérés dans la journée en raison de leur jeune âge.
 
Les “Free Huggers” sont des individus qui proposent spontanément des accolades aux gens dans un lieu public. Depuis son lancement en 2004, ce mouvement, qui vise à rompre avec une certaine morosité, en particulier dans les grandes agglomérations, est devenu très populaire dans plusieurs grandes villes dans le monde.
 
 
 
Cet article a été rédigé en collaboration avec Djamel Belayachi (@DjamelBelayachi), journaliste à France 24.