Observateurs
 
Des Tunisiens déçus par la situation de leur pays ont choisi une manière particulière de le faire savoir. Depuis quelques jours, des citoyens en colère rédigent des messages hostiles à Ennahda, le parti au pouvoir, sur les billets de banque.
 
La Tunisie traverse une crise politique profonde marquée par des violences impliquant des groupes d’intégristes et des assassinats politiques. Une partie de la population accuse le parti islamiste Ennahda  d’être responsable de cette insécurité. Et certains ont trouvé cette méthode originale pour réclamer son départ. Des billets de 10, 20 Dinars et même des pièces jaunes sur lesquels est gribouillé "Ennahda dégage" circulent depuis quelques jours dans le commerce.
 
Photo postée sur Twitter par
@verminator

"On ne peut pas jeter des billets de banque comme on jetterait des tracts."

Adel Bedoui, un jeune tunisien, participe activement à cette campagne.
 
Récemment, j’ai appris que des indignés en Espagne inscrivaient des messages pour dénoncer leurs politiques, qu’ils jugent responsables de la crise économique que traverse ce pays. J’ai trouvé l’idée très intéressante car l’argent circule rapidement entre les gens. Et on ne peut pas jeter des billets de banque comme on jetterait des tracts. C’est donc un moyen rapide et très efficace pour faire passer le message.
 
Image postée par Adel Bedoui sur son compte Twitter.
 
J’ai griffonné "Ennahda dégage" sur quatre billets de 20 Dinars. J’ai ensuite pris des photos que j’ai partagées sur Twitter.
 
À Tunis, autour de moi les gens en parlent beaucoup. Les Tunisiens de l’étranger semblent aussi séduits par l’idée. Certains ont publié des photos sur Internet de billets de banque en euro et en ryal qatari avec des inscriptions contre le mouvement Ennahda. Et cette campagne va prendre beaucoup d’ampleur grâce aux réseaux sociaux.
   
Image postée sur Twitter par Adel Bedoui
Ce n’est pas la première fois que des Tunisiens ont recours à ce genre de protestation. En 2005, des internautes avaient déjà posté sur Internet des photos de billets de banque réclamant le départ de Ben Ali.
 
Image postée sur Facebook par un anonyme.