Observateurs
Capture d'écran d'une vidéo montrant des amateurs de chasse vidant le coffre de leur voiture qui contient des centaines d'oiseaux.
 
Les amateurs de chasse d’oiseaux sont nombreux en Arabie saoudite, mais dernièrement certains se livrent dans la plus grande illégalité à de véritables carnages, notamment depuis qu’une machine imitant le son des oiseaux leur permet de faire d’énormes prises sans effort. Ce qui ne les empêche pas de se vanter sur les réseaux sociaux.
 
L’utilisation du "Bird caller", cette machine qui imite le chant des oiseaux, a été introduite en Arabie saoudite il y a quelques années. Mais ce sont les vidéos postées ces dernières semaines par les chasseurs qui ont alerté l’opinion publique sur les dégâts qu’elle peut causer, les chasseurs s’attaquant entre autre à des espèces protégées. Des forums regroupant des amateurs de chasse demandent désormais que commercialisation soit interdite.
 
Cette vidéo est l'une des dernières en date à avoir été diffusées (27 septembre). Elle a provoqué un tollé d'indignation sur des forums saoudiens.

"La nouvelle mode consiste à poster sur Internet des photos et des vidéos de son gibier, chacun voulant montrer qu’il en a chassé un plus grand nombre"

Daoud Suleiman est un vendeur de poisson à la criée dans la ville de Safoua. Il est aussi amateur de chasse.
 
Le prix des machines va de 800 riyals saoudiens [160 euros] jusqu’à 3 000 [590 euros], selon la qualité et le pays de fabrication. Elles émettent une cinquantaine de sons d’oiseaux que l’on retrouve dans le pays à différentes saisons. Parfois, les chasseurs utilisent aussi des leurres ayant la forme d’oiseaux qu’ils mettent près des machines. Le gibier tombe donc rapidement dans le piège, croyant répondre à l’appel de leurs semblables, les oiseaux s’approchent. Une fois regroupés, il suffit d’un coup de filet pour les attraper tous d’un coup.
 
Parmi les personnes qui s’adonnent à cette chasse sauvage, il y en a qui le font par facilité parce qu’ils sont mauvais chasseurs. La chasse aux canards migrateurs, par exemple, est difficile car l’espèce sort surtout de nuit et il faut être un chasseur expérimenté pour les chasser. D’autres suivent une nouvelle mode en Arabie saoudite qui consiste à poster sur Internet des photos et des vidéos de son gibier, chacun voulant montrer qu’il en a chassé un plus grand nombre. D’où les exhibitions de centaines d’oiseaux qu’on étale devant les caméras ou qu’on transporte dans des brouettes.
 
"La chasse est une activité noble qui a ses règles et qui doit respecter l’équilibre naturel"
 
Officiellement, il existe des lois qui condamnent cette chasse sauvage [en 1999 un décret royal a promulgué une loi régulant la chasse des animaux et des oiseaux sauvages]. C’est d’ailleurs un membre de la famille royale qui se trouve à la tête de l’instance saoudienne chargée de protéger la faune, mais cette autorité se contente de dénoncer ces agissements. Il est rare d’entendre parler de véritables sanctions contre ces agissements [En juillet dernier, le prince Bandar Ben Saoud a condamné par communiqué la chasse sauvage et a invité les Saoudiens à aider les autorités à faire appliquer la loi. Il a également ajouté que la publication des vidéos de ces actes sur les réseaux sociaux nuit à l’image du royaume].
 
En tant que chasseur, je refuse de dire que ces personnes sont eux aussi des chasseurs. La chasse est une activité noble qui a ses règles et qui doit respecter l’équilibre naturel, elle n’a rien à voir avec ce massacre qui risque de conduire à la disparition de certaines espèces locales, de même que les oiseaux migrateurs risquent de ne plus venir dans notre pays pendant la saison chaude. Mon père m’a appris à ne jamais chasser plus qu’il ne nous fallait pour un repas. La religion et le bon sens condamnent cette pratique.