Cette vidéo amateur est déjà remontée jusqu’à la police des polices. La scène se passe à Joué-lès-Tours, une commune situé en banlieue de Tours au centre-ouest de la France. Un habitant filme de son balcon l’interpellation musclée par deux policiers de trois individus. Un des officiers n’hésite pas à frapper, asperger de gaz lacrymogène et insulter l'une des personnes arrêtées.
 
Mise à jour (22 aout 10:15) : Une nouvelle vidéo diffusée par Mediapart, montre la même scène mais qui débute quelques minutes avant la vidéo diffusée dimanche. Sur cette dernière, le policier frappe d'abord l'une des femmes habillées en rose avec sa tonfa et est ensuite mordu par l'homme à terre. Une vidéo qui diffère de la version du policier qui aurait affirmé avoir d'abord été mordu par l'une des femmes avant de répliquer. Une enquête préliminaire a été ouverte mardi à Tours.
 
La première vidéo de huit minutes postée par le YouTuber Nasser tkt dimanche et intitulée "Honte à la police française" avait déjà été visionnée près de 700 000 fois mardi matin. Selon l’enquête menée par La Nouvelle République, un quotidien local, deux policiers ont repéré une voiture qui transportait sept personnes et qui zigzaguait dans les rues tôt dimanche matin.
 
L’interpellation du conducteur aurait mal tourné quand ce dernier a refusé de se soumettre à un test d’alcoolémie et porté des coups aux forces de l’ordre. D’après des témoignages d’habitants de la rue Pierre de Coubertin, les personnes interpellées sont originaires de Tours et rentraient de boîte de nuit.
 
Vidéo publiée le dimanche 18 août par un témoin de la scène, interviewé mardi par BFMTV .

"Pour moi, c’est un acte de racisme"

Contacté par FRANCE 24, un habitant de la rue Pierre de Coubertin, qui souhaite garder l’anonymat et que nous appelerons "Mohammed JLT", raconte la scène.
 
"Il était un peu plus de 7 heures du matin, nous dormions ma femme et moi, lorsque nous avons entendu des personnes parler très fort dans la rue. Nous nous sommes approchés du balcon et nous avons vu une voiture de police et plusieurs personnes allongées par terre. Ils avaient l’air de se battre et les insultes volaient dans tous les sens. Un homme à terre suppliait les policiers d’arrêter alors qu’ils voulaient lui mettre des menottes.
 
 
Avant le début de la vidéo, on a vu la femme donner des coups de pieds au policier dans le visage [le policier aurait affirmé avoir été mordu à plusieurs reprises par la jeune femme, qui aurait dérobé sa radio portable pour l'empêcher d'appeler rapidement des secours]. Il était sonné, mais il a réussi à se relever et à donner des coups de matraques en criant "dégage" et "ferme ta gueule". C'est ce même policier qui l'a frappée après.
 
 
Excédé, il s’est dirigé vers le coffre et a sorti une bombe lacrymogène pour asperger le visage des deux femmes habillées en rose.
 
 
Ce qui me choque, c’est qu’on entend le policier dire "c’est toujours les mêmes, casse les couilles". Ils ont mis les menottes à la femme en rose et l’ont laissée plusieurs minutes allongée par terre. Lorsqu’une autre voiture est arrivée pour l’embarquer, il lui a lancé "ferme ta gueule connasse".
 
 
Notre rue est à quelques centaines de mètres d’un quartier HLM sensible, mais globalement, le quartier est très calme. Je n’avais jamais vu la police se comporter ainsi. Pour moi c’est un acte de racisme : je ne sais pas si le policier se serait comporté ainsi si ça avait été un Blanc."
 
Le parquet de Tours a été saisi de l'affaire et les policiers ont donné leur version des faits au substitut du procureur de la République, qui communiquera sur une éventuelle sanction envers les forces de l'ordre mardi après-midi. L’Inspection générale de la police nationale (IGPN, la police des polices) a ouvert une enquête administrative. Par ailleurs, le chauffeur interpellé est inculpé pour "conduite en état d'ivresse" et la jeune femme pour "outrage à agent".
 
La vidéo a déjà fait réagir le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, qui explique qu’il n’y a "pas de place pour la violence dans la police française" mais qui condamne le titre de la vidéo "Honte à la police française".

"C’est un cas isolé, une interpellation qui a mal tourné"

Issouf Elli Moussami est conseiller délégué à la qualité de la vie dans le quartier de La Rabière à Joué-lès-Tours, où a été filmée la scène.
 
 
J’ai été l’un des premiers à voir cette vidéo dimanche après-midi, des habitants de la rue Pierre de Coubertin ulcérés qui avaient assisté à la scène m’avaient contacté pour me la montrer. Il y a des éléments qui nous échappent avant le début de cette vidéo. Mais ce qui est clair sur les images, c’est que l’un des deux policiers a eu un comportement très violent et disproportionné par rapport aux raisons de l’interpellation.
Le quartier La Rabière est l'un des quartiers résidentiels et populaires les plus peuplés de Joué-lès-Tours, où résident beaucoup de populations d’origine étrangère. La zone est généralement très tranquille et il n’y a pas de souci d’insécurité majeur. Le problème de ce quartier, c’est qu’il y a une grande concentration de chômage, notamment des jeunes.
 
Depuis plusieurs années, la municipalité de Joué-lès-Tours tente de gommer les appellations négatives qui collent au quartier de la Rabière, tels que ZUP [zones à urbaniser en priorité]. Les efforts de la ville pour rénover le bâti et ceux de la police pour faire de la pédagogie auprès des jeunes ne doivent pas être ruinés par un seul comportement isolé.
 
Il ne faut pas accorder plus d’importance à cet acte, la preuve : dans le quartier, tout le monde parle de la vidéo, mais aucune voiture n’a brûlé, aucune émeute n’a lieu. C’est un cas isolé, une interpellation qui a mal tourné.
 
Cet article a été rédigé en collaboration avec Alexandre Capron (@alexcapron), journaliste aux Observateurs de FRANCE 24.