Installation de la lampe bouteille. Photo postée sur la page Facebook de The Daylight Project.
 
Les membres de l’organisation The Daylight Project  sillonnent les bidonvilles les plus pauvres de Kampala, en Ouganda, pour apporter un peu de lumière dans les habitations souvent très sombres même de jour. Et pour ça, pas besoin d’électricité : ils travaillent avec des bouteilles d’eau et des morceaux de tôle.
 
La technique, déjà utilisée dans plusieurs zones reculées du monde, a l’avantage d’être simple et économique. Remplissez une bouteille transparente de deux litres d’eau claire. Ajoutez 10 millilitres d’eau de javel afin d’éviter la prolifération de bactéries. Après avoir fait un trou sur le toit, placez la bouteille en la maintenant avec un morceau de tôle.
 
Atelier à Kamwokya.  Photo postée sur la page Facebook de The Daylight Project.
 
À l’inverse d’un simple trou dans le métal du toit, le bulbe de la bouteille remplie d’eau à l’avantage de diffuser la lumière plus largement dans l’habitation. Dans les bidonvilles, les habitations sont souvent construites très près les unes des autres et rares sont celles qui ont des fenêtres.
 
La bouteille après installation. Photo postée sur la page Facebook de
The Daylight Project.
 
La consommation d’énergie par habitant en Ouganda est l’une des plus faibles au monde. Seulement 12 % de la population est connectée au réseau.

"Nous estimons pour l’heure avoir impacté la vie de 500 personnes"

Jennifer est une des activistes travaillant pour The Daylight Project.
 
Jusqu’à présent, nous avons formé 350 personnes à cette technique, fabriqué plus de 250 lampes et nous en avons installé plus de 100. Nous estimons pour l’heure avoir impacté la vie de 500 personnes vivant dans des bidonvilles. Le projet a aussi permis de créer du travail car nous avons mis en place des ateliers avec des formateurs.
 
Le projet ne cesse de grandir. Nous sommes intervenus déjà dans six quartiers. Ce sont maintenant les habitants qui viennent nous chercher pour que nous montions des ateliers dans leur communauté.
 
Photo postée sur la page Facebook de The Daylight Project.
 
Avec peu de temps et peu d’argent, ce système améliore considérablement la vie du foyer tout en réduisant les dépenses en bougie, kérosène ou électricité. La prochaine étape est d’aller dans les campagnes autour de Kampala.
 
"Une habitante a insisté pour qu’on mette la bouteille juste au-dessus de sa machine à coudre"
 
Quand nous arrivons dans une nouvelle zone, nous demandons aux membres de la communauté de choisir la personne qui bénéficiera de la lampe de démonstration. À chaque fois, les gens désignent la maison d’une femme âgée avec des enfants à sa charge.
 
Vidéo après installation à Kisenyi II zone, Kamwoky.
 
Après un atelier de démonstration à Kisenyi III, notre équipe est allée aider une femme à installer sa lumière. Elle a insisté pour qu’elle soit installée sur le mur arrière de sa maison.
 
On lui a expliqué que la lumière serait moins forte que si on la mettait au milieu du plafond dans la pièce mais devant son insistance, on a cédé.  Un peu plus tard, on est retourné sur place et on a compris qu’elle était couturière et avait voulu installer sa machine à coudre juste sous la lampe pour travailler chez elle.
 
Des enfants suivent l'installation dans leur école.
Photo postée sur la page Facebook de The Daylight Project.