Observateurs
Capture d'écran des vidéos.
 
À Hébron, ville de Cisjordanie où la cohabitation avec les colons israéliens est difficile, des adolescents palestiniens sont régulièrement arrêtés pour jets de pierres. Mais sur cette vidéo, le perturbateur interpellé n’a que 5 ans, ce qui n’a visiblement pas ému les soldats israéliens.
 
L’incident a eu lieu mardi 9 juillet et a été filmé par des activistes de B’Tselem, une ONG israélienne qui a équipé de caméras plusieurs de ses collaborateurs basés en Cisjordanie. Sur la première vidéo, filmée dans la vieille ville d’Hébron, le garçon cri et pleure alors que, sous la surveillance des soldats, il est emmené dans un véhicule de l’armée israélienne par un adolescent palestinien.
 
Le garçon est escorté par des soldats. FRANCE 24 a décidé de ne pas publier la vidéo pour protéger l'identité de l'enfant.
 
L'enfant est placé dans le véhicule de l'armée. Captures d'écran de la vidéo disponible ici.
 
D’après B’Tselem, l’enfant a ensuite été emmené chez lui. Sur place, les soldats ont interpellé son père, identifié comme Karem Maswadeh. Le père et le fils ont ensuite été conduits à un checkpoint voisin, où d’autres activistes de B’Tselem ont recommencé à filmer. Sur la vidéo, le père apparaît les yeux bandés et menottés, son fils est à ses côtés. Les soldats qui les entourent attendent l’arrivée d’un intermédiaire chargé de remettre les deux détenus aux autorités palestiniennes locales. Contacté par FRANCE 24, un porte-parole des Forces israéliennes de défense a expliqué que menotter et bander les yeux des personnes était la procédure habituelle dans cette situation.
 
En blanc, le père de l'enfant menotté et les yeux bandés. Capture d'écran de la vidéo disponible ici.
  
D’après le communiqué de l’armée israélienne, le jeune garçon a été attrapé alors qu’il lançait des pierres dans une rue puis "il a été transféré aux Forces de sécurité palestiniennes, tout en étant accompagné par ses parents. L’enfant n’a pas été arrêté et aucune charge n’est retenue contre lui".
 
Selon la loi israélienne, les enfants de moins de 12 ans ne sont pas pénalement responsables de leurs actes.  Le directeur de B’Tselem, qui considère que l’armée a outrepassé ses droits en interpellant ce garçon, a écrit une lettre au conseiller juridique de Judée et Samarie qui n’a pour l’heure pas répondu.
 
La vidéo de cette interpellation a fait la une des médias israéliens et provoqué la colère de nombreux commentateurs. Pour le chroniqueur israélien Ami Kaufman, le traitement de cet enfant est un acte raciste. 

"C’est le moment de tirer la sonnette d’alarme et dénoncer cette pratique"

Sarit Michaeli est un activiste de B’Tselem, l’organisation qui a publié ces vidéos.
 
On voit très souvent des enfants de moins de 12 ans en détention. Mais ça n’arrive pas souvent qu’un gamin aussi jeune se fasse interpeller. C’est donc le moment de tirer la sonnette d’alarme et dénoncer cette pratique.
 
Selon des témoins, l’enfant avait lancé une pierre sur un chien errant. On ne sait pas vraiment ce qu’il s’est passé, c’est assez fréquent que les jeunes Palestiniens, comme les jeunes Israéliens d’ailleurs, jettent des pierres. Mais il y a d’autres moyens de régler ça, par exemple en contactant les services sociaux ou en s’adressant directement aux parents. Il n’y avait vraiment aucune raison d’exposer cet enfant à l’arrestation de son père, et qu’il le voit se faire menotter et bander les yeux !
 
Ce qui me dérange dans ces vidéos, c’est que les soldats restent très calmes, et semblent agir comme si c’était normal. On pense qu’ils ont fait ça pour faire peur à tous les enfants qui lancent des pierres, leur montrer les conséquences s’ils agissent comme ça.
 
Evidemment, lancer des pierres n’est pas malin et dangereux, mais c’est clair qu’ils ne traitent pas tous les enfants de la même manière. On a déjà vu beaucoup de cas où les enfants israéliens qui lançaient des pierres n’ont pas été arrêtés [interrogé par FRANCE 24 sur le traitement discriminatoire entre enfants israéliens et palestiniens, un porte-parole de l’armée d’Israël  a affirmé que deux enfants israéliens avaient été arrêtés la semaine dernière dans une ville voisine pour être rentrés dans un réservoir de traitement d’eaux usées sans autorisation, NDLR].
 
La solution, ce n’est évidemment pas d’arrêter aussi les enfants israéliens, mais de traiter les enfants comme des enfants !