Barack Obama lors de sa visite sur l'île de Gorée. Capture d'écran de la vidéo publiée sur Youtube par Olivier Cogels.
 
Barack Obama a entamé mercredi sa première tournée sur le continent africain. Son voyage passe par le Sénégal pour deux jours, où nos Observateurs à Dakar et sur l’île de Gorée se félicitent de cette venue historique tout en soulevant quelques bémols.
 
Le président américain, fils d’un kenyan immigré aux Etats-Unis, ne s’était jamais rendu en Afrique subsaharienne à l’exception d’un voyage de vingt-quatre heures au Ghana en juillet 2009. Cette première visite était très attendue, notamment par les internautes africains qui ont ouvert une plate-forme "Africa talks to Obama" pour transmettre leurs messages au chef d’Etat.

"Obama rend hommage à la stabilité de la démocratie sénégalaise"

Aminata Jane Diop est responsable de communication et habite à Dakar.
 
Sa visite est une très bonne chose surtout parce que c’est le premier pays africain francophone visité par Barack Obama depuis qu’il est président. Il rend hommage à la stabilité de la démocratie sénégalaise malgré les tensions lors de l’élection présidentielle précédente [Abdoulaye Wade avait reconnu la victoire de son adversaire Macky Sall malgré les craintes de la communauté internationale] et les tentatives de coups d’Etat ces dernières années.
 
Mais ce n’est pas juste une visite de courtoisie, et on espère qu’il va donner confiance aux entrepreneurs américains pour qu'ils investissent dans des entreprises sénégalaises, tout en respectant la souveraineté de notre pays. Nous ne souhaitons pas être victime d’une attitude "néocolonialiste".
 
Je ne lui en veux pas de ne pas être venu plus tôt, on ne peut pas tout faire en quatre ans ! Sa priorité, c’était de s'occuper de la crise économique et de gérer son pays. Ce que je regrette en revanche, c’est qu’il ne soit pas venu à la rencontre des Dakarois, beaucoup aurait aimé le voir en vrai, mais pour l’instant, on ne le voit qu’à la télévision.
 
Il y a beaucoup de rues bloquées à Dakar pour des questions de sécurité. Mais ça me parait normal, puisque les soupçons qu'on continue à soupconner des membres d’Al Qaïda d'être toujours sur le territoire sénégalais. De plus, depuis qu’il est là, on constate que les connexions internet et téléphoniques sont extrêmement lentes !
 

"Sur l’île de Gorée, on est heureux de voir Obama, ça n’arrive peut être qu’une fois dans une vie !"

Lamine Guèye est agent administratif à Gorée.
 
C’est une visite historique sur cette île symbole de la traite négrière en Afrique. Sa venue a réjoui les habitants de l’île de Gorée, tout le monde s’est préparé à l’accueillir.
 
Dès le milieu de l’après midi, la population de l’île [1100 habitants] s’est réunie près de l’endroit où le président est arrivé. Il y avait beaucoup d’effervescence : des femmes habillées avec des habits de la culture signares [femmes métisses issues de mariage entre Portugais et femmes Wolofs] l’ont accueilli en chantant au rythme de la musique assiko et des djembés, des pratiques culturelles traditionnelles d’esclaves sénégalais. Nous avons pu le voir à moins de 30 mètres, et ça, ça n’arrive peut -être qu’une fois dans une vie !
 
 

"Même si c’est Obama, je ne comprends pas qu’on m’empêche de circuler librement"

Natty Seydi est développeur web et blogueur à Dakar.
 
La venue de Barack Obama est un honneur, c'est le sujet de discussion principal, et tous les Sénégalais sont fiers de savoir qu'il a foulé le territoire sénégalais.
 
Cependant, le dispositif de sécurité et les moyens logistiques mis en place posent problème. Nous sommes tous conscients qu’Obama est une personnalité mondiale et qu'il faut une sécurité renforcée pour le protéger. Mais pour moi les moyens mis en place sont  exagérés. Certaines zones sont interdites d'accès, les gens ont l’interdiction de se rendre sur leurs terrasses à son passage et des contrôles d'identité sont effectués par la police à toute heure. En tant que citoyen sénégalais pourquoi, je ne comprends pas  pourquoi je ne suis pas libre de me déplacer dans mon propre pays à cause de la présence d'un président étranger.
 
L'autre aspect qui pose problème c'est que le Sénégal a attendu la venue d'Obama pour nettoyer les rues de Dakar, et en faire une ville propre. Mais que se passera t-il après son départ ? Est ce qu’on continuera ainsi ? J’en doute fortement !