Le record de pollution a été battu à Singapour. Photo de notre Observateur Lee Yew Moon.
  
Depuis mercredi, un voile de pollution envahit la ville de Singapour et pourrait durer plusieurs semaines. Pour dénoncer la situation, des internautes postent sur les réseaux sociaux des photos de l’épais brouillard.
 
Pour la première fois de son histoire, Singapour a atteint un indice du niveau de polluants (PSI) de 400 sur l’échelle de l’Agence nationale de l’environnement. Le précédent record était de 226 et datait de 1997. La cause principale : la fumée provenant de feux de forêt du voisin indonésien, qui pratique la culture sur brûlis à Sumatra, une technique grâce à laquelle les champs sont défrichés par le feu.
 
Le Premier ministre Lee Hsien a expliqué jeudi que le brouillard "pourrait durer jusqu’au début de la saison sèche", c'est-à-dire jusqu’à la fin du mois de juillet.
 
À l'abri derrière sa fenêtre, un Singapourien filme l'épais brouillard de pollution. Vidéo publiée sur YouTube par Bebe Lee.

"On manque de garde-fous et de sanctions pour punir les responsables"

Reuben Wong est professeur de sciences politiques à l’université nationale de Singapour.
 
La pollution, ou plutôt le "brouillard" comme on l’appelle ici, stresse les gens. Chaque personne a ses méthodes pour s’en protéger : nous restons enfermés chez nous avec la climatisation à fond ; on stoppe toute activité sportive ou physique à l’extérieur ; et ceux qui doivent sortir portent des masques chirurgicaux ou des respirateurs automatiques N59.
 
Malgré ces mesures, je souffre d’un horrible mal de gorge et j’ai les yeux qui me piquent en permanence. J’ai deux enfants qui sont en maternelle, mais je crois qu’ils vont rester à la maison si les niveaux de pollution restent si élevés.
 
Je crois que l'incapacité à réguler la qualité de l’air est dûe au manque de gouvernance supranationale en Asie du sud-est. Nous en avons besoin pour résoudre les problèmes transfrontaliers que nous connaissons. Le gouvernement de Singapour fait tout ce qu’il peut, dans les limites des lois internationales. C’est un problème qui implique une coopération internationale, et pas juste celle des gouvernements mais aussi des entreprises, des ONG, des organisations internationales et des autorités indépendantes. Nous manquons de garde-fous et de sanctions pour punir les responsables, comme ces entreprises productrices d’huiles de palme qui brûlent des forêts pour cultiver les terres et faire du business.
 
 
 
Un conducteur se filme au volant de sa voiture pour montrer l'épais brouillard. Vidéo publiée sur YouTube par Razali.
 
Notre Observateur Gauthier Colard, qui vit à Singapour, a envoyé cette photo. Sa question : , "Pouvez vous voir le soleil ?". Si, si, regardez bien, il est au centre de la photo !
 
Photo prise du toit d'un immeuble de Singapour par notre Observateur Serge.