La cour de la mosquée d'Alep, sans son minaret. 
 
Au terrible bilan des victimes de la guerre civile en Syrie, qui a fait plus de 70 000 morts en deux ans, il faut ajouter les atteintes répétées au patrimoine culturel du pays. Mercredi, la mosquée des Omeyyades d’Alep a fait les frais des affrontements entre l’armée syrienne et les opposants au régime de Bachar al-Assad.
 
Plusieurs photos publiées sur Twitter par des activistes syriens témoignent des dégâts, dont l’étendue peut se mesurer à la vue de ce photomontage montrant la mosquée avant puis après les combats. Le minaret millénaire seldjoukide, qui datait du Xe siècle, a été entièrement détruit. Le reste de l’édifice, datant du XIIIe siècle, époque du règne des Omeyyades, a lui été très sérieusement endommagé. 
 
 
Outre la mosquée, les anciennes portes d’Alep ont été abîmées. Le patrimoine est également menacé dans d'autres régions de Syrie. Le Krak des chevaliers, situé dans la province de Homs, l’ancienne ville romaine de Bosra qui se trouve dans la région montagneuse du Djebel druze, ou les sites archéologiques de Palmyre au Nord-Est, ont également subi les conséquences des combats, nourrissant l’inquiétude des historiens et de l’Unesco.
 
Syrie /  culture