Observateurs
 
Des pluies torrentielles ont frappé l’île Maurice ce week-end et notamment la capitale Port-Louis, provoquant une brusque montée des eaux. Au moins dix personnes ont perdu la vie dans cette catastrophe et près d’une centaine a été blessée, et le bilan humain pourrait s’alourdir. Lundi 1er avril a été décrété journée de deuil national par les autorités.
 
En 90 minutes, la capitale a reçu plus de 150 mm d’eau. Les pluies torrentielles ont envahi les artères de la ville provoquant de véritables scènes de panique et des carambolages. Selon notre Observateur Fabiani Balisson, la vétusté des systèmes d’évacuation et les constructions anarchiques qui se sont développées autour de la capitale n’ont fait qu’aggraver la situation.
 
 
Joel Toussaint, ancien journaliste vivant sur l'île, pointe par ailleurs du doigt le manque de réactivité des autorités : "Au-delà du problème d’infrastructures, il y a surtout des protocoles inefficaces en matière de gestion de sinistres. Les autorités étaient complètement dépassées lors de précédentes crues qui s’étaient produites en février et qui n’avaient également pas été annoncées par les services météorologiques, dont le radar est hors service depuis au moins cinq ans ! Ce défaut d’informations annule dans une grande mesure les capacités du comité de gestion de crise qui applique ainsi ses protocoles en mode réactif."
 
Un passage sousterrain situé sur le front de mer de Port-Louis sous un véritable torrent.