Observateurs
"Personne ne peut s'attribuer le pouvoir en Fédération de Russie." Photo: Znak.com.
 
Trois banderoles publicitaires sur lesquelles étaient inscrits des passages de la Constitution russe ont été déroulées dans les rues de Iekaterinbourg, quatrième ville de Russie, la semaine dernière. Les citations reprenaient des articles sur les droits fondamentaux des citoyens russes. Une initiative qui aurait probablement été saluée dans beaucoup de pays, mais pas en Russie.
 
À l’origine de ces banderoles, on trouve le site d’information Znak.com, un média dirigé par Aksana Panova, critique acerbe des autorités locales. La rédaction avait prévu de faire placarder quelques autres affiches publicitaires sur le même thème mais, peu à peu, les annonceurs se sont révélés frileux et ont finit par refuser l’argent de Znak.com.
 
"La liberté des idées et de l'expression est garantie à tous".  Photo: Znak.com

"Une de nos banderoles a été classée comme interdite au moins de 18 ans !"

Dmitry Kolozev est rédacteur en chef adjoint du site Znak.com.
 
Cette année, nous fêtons le 20e anniversaire de la Constitution de la Fédération de Russie. Et à Znak.com, nous pensons qu’appliquer à la lettre la Constitution permettrait de remédier aux problèmes que rencontre actuellement notre pays. Nous avons donc décidé de mettre en valeur ce texte sur notre site, en rappelant à nos lecteurs les articles clés, en expliquant ses origines et en soulignant combien il est important qu’il soit scrupuleusement appliqué.
 
Nous avons voulu accompagner cette initiative d’une campagne d’affichage public, une idée que l’on reconnaît un brin provocatrice. En lisant la Constitution, j’ai remarqué que certains articles étaient très fermes et que, s’ils étaient appliqués, ils pourraient être dangereux pour les autorités du pays. Par exemple : "Le référendum et les élections libres sont l'expression directe suprême du pouvoir du peuple". [Les dernières élections russes ont été entachées de nombreuses irrégularités]. Un autre exemple : "Personne ne peut s'attribuer le pouvoir en Fédération de Russie. La prise du pouvoir ou l'usurpation de prérogatives du pouvoir sont poursuivies selon la loi fédérale". [Se basant sur les irrégularités, nombre d’opposants considèrent que Vladimir Poutine ne mérite pas son poste de président.] Ou encore : "Tous sont égaux devant la loi et le tribunal" alors que de nombreux Russes considèrent que les tribunaux n’appliquent pas une justice équitable. Ces citations semblent aller à l’encontre du système actuel. C’est ironique, mais c’est comme ça !
 
"Ils nous ont dit que ces citations 'sonnaient extrémistes'"
 
Nous avons choisi dix citations à accrocher dans le centre-ville. Par exemple, nous voulions mettre "Tous sont égaux devant la loi et le tribunal" près du bureau du procureur général. Mais on a vite compris que beaucoup d’annonceurs ne voulaient pas être mêlés à une campagne sensible comme celle-là. Certainement qu’ils ne voulaient pas mettre en péril leurs relations avec les autorités locales. En fait, ils ont compris la même chose que nous en lisant les textes – c’est un défi aux autorités. Et certains nous ont même dit que ces citations avaient un "ton extrémiste". [Ndlr, citée par le site russe d’actualité économique RBC, une source policière à Iekaterinbourg a expliqué que Znak.com pourrait être poursuivi pour "activités extrémistes" après la diffusion de ces banderoles.]
 
En ce qui concerne les trois bannières qui ont été accrochées, l’une d’entre elles a d’abord été classée "18 ans et plus" par l’annonceur [En Russie, l’affichage publicitaire peut faire l’objet d’avertissements parentaux.]. Apparemment, il considérait qu’il ne fallait pas exposer les mineurs à la Constitution russe. On a finalement réussi à obtenir qu’elle soit reclassée à "16 ans et plus".
 
Il ne s’agit pas d’une censure directe décidée par les autorités, mais il y a eu une véritable autocensure de la part des annonceurs publicitaires. Une de nos sources présentes lors d’une réunion officielle locale a entendu que notre initiative avait été qualifiée d’"action d’opposition". Nous ne voyons pas du tout les choses de cette façon – nous pensons avoir accompli une action citoyenne. On pourrait même dire que notre action est un soutien à l’État russe, puisque nous le renforçons en rappelant aux gens ce que dit notre Constitution !
 
 
Des bannières qui n'ont pas été acceptées :
 
"Le référendum et les élections libres sont l'expression directe suprême du pouvoir du peuple".
Znak.com voulait mettre une bannière avec cette citation à proximité du bureau du gouverneur régional.
 
"Les citoyens de la Fédération de Russie ont le droit de se rassembler pacifiquement, sans armes, de tenir des réunions, meetings et manifestations, des marches et piquets."
Znak.com voulait mettre celle-ci près du bureau régional du ministère de l’Intérieur.
 
"La Fédération de Russie est un État laïque. Aucune religion ne peut s'instaurer en qualité de religion d'État ou obligatoire."
Znak.com voulait mettre celle-ci près de l’éparchie régionale de l’église orthodoxe.
 
"L'accusé n'est pas tenu de prouver son innocence."
Znak.com voulait mettre celle-ci près d’un tribunal.
 
 
"Tous sont égaux devant la loi et le tribunal". Photo: Znak.com.