Observateurs
 
Particulièrement cruelle, cette vidéo d’une séance de "coaching" destinée à motiver les employées d’un hôtel dans le nord-est de la Chine a suscité un tollé parmi les internautes. Ils s’inquiètent de méthodes qui n’ont rien à envier à celles pratiquées en Corée du Nord. 
 
En Chine, il n’est pas rare que les entreprises organisent des séances de chants et de slogans pour motiver leurs employés avant de commencer une journée de travail. Mais la performance des hôtesses de l’hôtel Arirang dans la ville de Dandong, au nord-est de la Chine (près de frontière avec la Corée du Nord) a frappé d’effroi les utilisateurs de réseaux sociaux. Les employées sont réunies dans une sorte de séminaire d’entreprise au cours duquel elles sont amenées à répéter sans relâche des slogans à la gloire de la compagnie. Les jeunes filles sont forcées à participer à des exercices absurdes comme se jeter à plusieurs reprises contre une corde tendue représentant un obstacle, jusqu’à l’épuisement.
 
Les images ont été tournées le 8 janvier lors de la tenue de la réunion annuelle du personnel de l’hôtel. Elle a déjà été visionnée plus de 2 millions et demi de fois sur Youku, l’équivalent chinois de YouTube, et abondamment commentée sur le site de microblogging Weibo.
 
Contacté par RFI, une employée de l’établissement a expliqué : "Cet événement était destiné à renforcer la solidarité au sein du personnel. Tous les obstacles, toutes les difficultés qu’on a rencontrés l’année dernière, on essaye de les transformer en points forts."
 
 
Voici quelques extraits de la vidéo :
 
À 28’’ : "J’accueille ce jour avec de l’amour dans mon cœur. Car c’est le secret de la réussite pour toute entreprise. Les muscles ne peuvent pas fendre un bouclier, ni détruire une vie. Seule la puissance invisible de l’amour est capable d’ouvrir le cœur des hommes […]. Je ferai de l’amour ma plus grande arme contre laquelle personne ne pourra se défendre. Ils peuvent contrer mon raisonnement, se méfier de ma parole, désapprouver la façon dont je m’habille […], et pourtant mon amour fera fondre tous les cœurs tout comme les rayons du soleil quand ils adoucissent l’argile froid."
 
Á 1’24’’ :
Chef d’équipe : "Le moyen le plus rapide pour parvenir au succès, c’est..."
Employées : "…De suivre l’homme qu’il faut, de faire la chose qu’il faut !" 
 
À 2’36 : "Le groupe Jiangcheng nous apprend à gagner de l’argent, à devenir quelqu’un, à tout donner pour l’entreprise, à faire des efforts ensemble".
 
Á 53’’ :
Chef d’équipe : "Tenez-vous prêtes ! La devise de notre équipe est…"
Employée : "Ne jamais abandonner, ne jamais abandonner…"
 
Á 12’40’’ :
Chef : "Pour atteindre nos objectifs pour 2013, que devons-nous faire ?"
Employée : " …Rester concentrées sur l’objectif, ne jamais abandonner ! Rester concentrées sur l’objectif, ne jamais abandonner ! "
  
Á 14’24’’ :
"Levez les mains ! Connectez-les à votre cœur ! La première révérence est pour vos parents, pour leur bonté qui est plus profonde que l’océan. "
 
Á 14’48’’:
"La deuxième révérence est destinée à notre clientèle, qui nous permet de nourrir nos familles !"
 
Á 15’09’’ :
"La troisième est pour Arirang, qui nous a ouvert les portes du bonheur !"  

"C’est du lavage du cerveau"

Lu Haitao habite à Shanghai.
 
De nombreux internautes ont été consternés par ces scènes d’hystérie. Pour beaucoup, elles sont même dignes de la Corée du Nord.
 
Apparemment, la cérémonie a été préparée dans ses moindres détails. Les filles subissent un entraînement digne d’un groupe paramilitaire. On les voit notamment s’incliner à trois reprises en signe de gratitude envers leurs familles, les clients et puis les responsables de l’hôtel. Au programme également, il y avait une course de relais consistant à sauter au-dessus d’un ruban. Certaines tombent, mais elles se relèvent et réessayent à nouveau. Á environ 10’, on voit même la chef d’équipe tomber, se relever et réessayer. Encore et encore.
 
"Même si elles sont tenues de bien servir les clients, ces filles ont une dignité"
 
Ces scènes ne font rire personne. Elles sont même inquiétantes. L’exercice qu’on fait subir à ces filles est cruel, c’est du lavage de cerveau qui transforme les hommes en machines qui ne connaissent rien d’autre que l’obéissance.
 
Certes les employées sont tenues de bien servir les clients et de contribuer au développement de leur entreprise, mais elles ont aussi leur dignité et elles ne sont pas obligées d’être reconnaissantes envers leur employeur. En Chine, les hôtesses ne sont pas bien payées. À mon avis, celles du Arirang Hôtel devraient chercher d’autres moyens pour améliorer leurs conditions de vie et réaliser leur bien être, et ne plus perdre leur temps dans ces exercices futiles. Pour ma part, une chose est sûre. Je ne serai jamais client de ce genre d’hôtel. 
   
L’indignation des internautes se lit aussi sur Weibo :
 
"J’ai de la peine. La performance du personnel, leurs larmes, leur sueur, et même leur sang, n’a probablement pour récompense que le sourire du chef."
 
"S’agit-il de l’armée ? Utiliser la méthode nord-coréenne pour entraîner le personnel, un lavage de cerveau, c’est grave."
 
"C’est comme ça qu’on entraîne les esclaves, qu’on transforme les employées en machines à obéir."
 
"Nous n’avons pas de syndicat de travailleurs. Qui peut protéger les employés ? Nous devrions y réfléchir."
 
"Je ne peux pas supporter cela ! Est-ce de la culture d’entreprise ? Une secte ?"
 
"Est-ce un entraînement censé donner de l’inspiration [au personnel] ? Peut-être aux yeux des organisateurs. Mais pour le spectateur, il s’agit d’une opération de lavage de cerveau insultante. J’ai de la sympathie pour ces filles, les managers de cet hôtel me répugnent ! Ce sont des animaux.”