Observateurs
Une manifestation de "Dieu Tout-Puissant" à Weihui, dans la province du Henan, le 11 décembre. Photo publiée dans les réseaux sociaux chinois. 
 
Des centaines d’adeptes d’une secte annonçant la fin du monde ont été arrêtés la semaine dernière en Chine. Leur crime : "avoir propagé de fausses rumeurs".
 
Le groupe "Dieu Tout-Puissant", également connu sous le nom "la Foudre de l’Est", est actif depuis le début des années 1990, et déclaré illégal par les autorités chinoises depuis 2007. Ses adeptes sont convaincus que Jésus s’est réincarné en femme quelque part dans le centre de la Chine. Et à l’instar des Mayas en leur temps, ils ont annoncé l’apocalypse sur Terre le 21 décembre.
 
Ces dix dernières années, la secte avait fait profil bas après que certains de leurs membres ont été accusés d’avoir perpétré une série de kidnappings et de lavages de cerveaux sur des individus. En début de semaine dernière, "Dieu Tout-Puissant" est réapparu sur le devant de la scène en organisant des rassemblements publics non autorisés dans plusieurs villes de Chine pour propager son message de fin du monde. La police est à chaque fois intervenue, provoquant de vives échauffourées.
 
Le 12 décemnre, à Denfeng, une ville de la province du Henan, la police a tenté de disperser un rassemblement de "Dieu Tout-Puissant". Ce qui a conduit à des affrontements entre policiers et manifestants. Cette photo a été publiée sur des résaux sociaux chinois.
 
Les médias d’Etat ont rapporté que plus de 400 adeptes jouant les Cassandre ont été interpellés ces derniers jours dans plusieurs provinces chinoises. Selon l’agence de presse Xinhua News, la police a également saisi des tracts, des DVD ainsi que des livres illustrant les visions apocalyptiques de la secte.
 
Les membres de "Dieu Tout-Puissant" sont connus en Chine pour avoir osé comparer le Parti communiste au Grand dragon rouge, un monstre symbolisant Satan dans la Bible.
 
Sur la banderole, il est écrit : "Dieu Tout-Puissant viendra sauver des vies humaines en 2012". Le 11 décembre, à Lanzhou, une ville de la province de Gansu, les adeptes de "Dieu Tout-Puissant" se sont rassemblés pour prier devant le siège du gouvernement provincial. 

“Cette situation rappelle le cas de Falun Gong”

Lu Haitao vit à Shanghaï.
 
Dieu Tout-Puissant agit de manière souterraine depuis que le gouvernement a décrété qu’il s’agissait d’une secte. Ses adeptes se trouvent principalement dans la province du Henan, une région très pauvre. Les gens ont peu d’éducation et souvent ne savent pas faire la différence entre une secte et une religion. D’autre part, il n’est pas étonnant que les autorités se sentent menacées à partir du moment où on les compare à un dragon qui représente le démon. Cela traduit une volonté de renverser le parti au pouvoir.

Cette situation rappelle le cas de Falun Gong [Un mouvement spirituel mêlant bouddhisme, mysticisme et gymnastique qui a toujours été réprimé par le gouvernement chinois]. Que ce soit "Dieu Tout-Puissant" ou le Falun Gong, le Parti communiste a à chaque fois utilisé la presse pour les discréditer. Par exemple, dans le cas de "Dieu Tout-Puissant", les médias d’Etat ont cité un expert affirmant que l’homme qui a poignardé le groupe d’écoliers la semaine dernière pouvait avoir été inspiré par la secte, ceci sans la moindre preuve. À la suite de cette allégation, les forces de l’ordre ont procédé à des arrestations massives au sein du mouvement.
 
On peut lire sur la banderole : "Dieu descendra vraiment sur terre pour sauver les gens de l'apocalypse". Cette photo a été prise pendant une manifestation le 10 décembre, à Weishi dans la province du Henan.
 
“Cela ne sert à rien d'arrêter les auteurs d’une rumeur une fois que celle-ci a été répandue
 
Le gouvernement se sent menacé par ces sectes car la Chine a, au cours de son histoire, été le théâtre de nombreuses révoltes provoquées sur des motifs religieux. Au 19e siècle, affirmant qu’il était le frère cadet de Jésus Christ, un rebelle nommé Hong Xiuquan a fondé la secte "Le Royaume des Cieux de Taiping" pour faire tomber la dynastie Qing. Pendant la Révolution culturelle, quasiment tous les groupes religieux ont été dissous. Quand Mao est mort, les pratiques religieuses ont de nouveau été admises et plusieurs cultes ont vu le jour.
 
Aujourd’hui, les Chinois jouissent d’une liberté de culte partielle – nous avons par exemple le droit de nous rendre dans les églises, temples ou mosquées dont le clergé est nommé par les autorités. D’autres organisations religieuses sont en revanche dans le flou juridique. Elles sont illégitimes mais pas pour autant menacées.
 
Je pense que le gouvernement chinois devrait revoir sa politique et donner un cadre juridique à tous ces mouvements religieux. Comme ils ne sont pas officiels, ils opèrent en semi-clandestinité. Ce manque de clarté pourrait conduire à leur radicalisation et certaines personnes pourraient se tourner vers des sectes comme "Dieu Tout-Puissant". Si la religion est en libre-accès, le radicalisme a beaucoup moins de chance de se développer. Par ailleurs, cela ne sert à rien d'arrêter les auteurs d’une rumeur une fois que celle-ci a été répandue.