Observateurs
 
ACTUALISATION (17-12-2012) : La police iranienne affirme avoir arrêté les voleurs filmés par la caméra de surveillance. Les images de l’arrestation ont été diffusées sur plusieurs chaînes de télévision iraniennes.  Le chef de la police a affirmé que la publication de la vidéo sur Internet avait permis d’accélérer l’enquête. Avant même que le procès n’ait lieu, le chef de l'autorité judiciaire iranienne a expliqué que l’agression perpétrée par les voleurs était passible de la peine capitale.
 
La scène, filmée par une caméra de surveillance, est brève mais violente. Postée le 1er décembre, elle se passe dans une rue de Téhéran, ainsi que l'indique les immatriculations des taxis, et montre l'agression et le racket d'un homme par deux individus. 
 
Alors qu'il s'apprête à entrer dans un immeuble, quatre hommes, arrivés sur deux scooters, s’arrêtent à son niveau. Deux d’entre eux le prennent à parti, s’emparent de sa sacoche et tentent de lui arracher son veston. L’homme se débat, mais cède sous la menace du long couteau dégainé par un des agresseurs. Autour, les voitures continuent de passer comme si de rien n’était. Un taxi tente de s’arrêter, mais est rapidement dégagé par l’homme au couteau, avant que celui-ci ne prenne la fuite en deux roues avec ses trois complices.
 
 Vidéo postée sur YouTube datée du 1er décembre par  آزادی ایران
 
Il est très difficile notamment d’obtenir des chiffres sur la délinquance dans ce pays. Les autorités iraniennes assurent qu'elle a diminué ces dix dernières années. En octobre, le chef de la police, Esmayeel Ahamdi Moqaddam, a mis en avant le haut niveau de sécurité dans le pays, assurant que "le nombre de meurtres est dix fois inférieur" en Iran qu’en Europe. Il a également souligné que le pays n’avait de cesse, selon lui, de renforcer les contrôles aux frontières pour limiter le trafic de drogue sur son territoire. Même si les autorités reconnaissent que le haschisch, l’opium, l’héroïne et des drogues de synthèse circulent facilement en Iran. Récemment, une autre vidéo montrant une violente agression avait suscité l’indignation en Iran, après avoir été diffusée sur la chaîne officielle IRIB.