L'explosion d’un camion-citerne transportant du gaz  a fait au moins 14 morts et plus de 60 blessés jeudi matin à Riyad, la capitale saoudienne, selon les chiffres de la chaîne Al-Arabiya.
 
Le véhicule aurait pris feu après avoir percuté un pont sur un axe routier de l'est de la capitale.
 
Selon un photographe de l’AFP sur place, des dizaines de voitures se sont enflammées et plusieurs constructions proches du lieu de l'explosion ont été endommagées. Notre Observateur nous fait parvenir les images de l'incident qui circulent sur les réseaux saoudiens.
 
 
Quelques instants après l'explosion à Riyad. Vidéo envoyée par notre Observateur, Mohammed Alsaeedi.
 
Après l'explosion.  Photo postée sur Twitter par @Kayf_najd
 
Après l'explosion.  Photo postée sur Twitter par @Kayf_najd
 
Vidéo envoyée par notre Observateur, Mohammed Alsaeedi.
 
Sur ces images filmées dans les décombres de l'explosion, la personne qui filme s'étonne que les gens soient d'avantages interessés par retrouver des téléphones portables gratuits que d'aider les secours. Voici quelques extraits de la retranscription : 
 
Au début on entend une voix qui dit "Les jeunes ! Il y a un coffre en dessous, si vous voulez vous pouvez venir vous servir !" 0’13 "Voici le peuple saoudien dans toute sa splendeur : une explosion, y a des morts, un pont est détruit et eux cherchent à récupérer n’importe quoi." 1’27 "Eh ben on en vient à la distribution ! Ca me rappelle quand on nous distribuait des ballons. Regardez-moi celui-ci : il a tellement les bras chargés qu’il ne peut pas descendre. Il hésite entre risquer sa vie ou renoncer à son butin alors il a décidé de s’asseoir et d’attendre l’aide de quelqu’un pour repartir sain et sauf". 2’38 Il demande à quelqu'un: "Mais il y a quoi en haut ?" et l’autre lui répond : "Tout ce que tu veux : des portables, de l’argent…" et la personne qui filme de commenter : "Il a dit ‘tout ce que tu veux’ ! Il n’a même pas pensé qu’il pourrait aider des gens. Au début, je pensais qu’ils essayaient de secourir des victimes sous les débris mais non !"