Observateurs
Micheline Azar, en reportage à Daraya. Capture d'écran issue du reportage posté sur YouTube le 25 août.
 
Ce reportage de la télévision syrienne Al-Dounia une chaîne privée pro-régime, est particulièrement abjecte.
 
Sur ces images tournées à Daraya après un massacre dont le gouvernement et l'Armée syrienne libre se renvoient la responsabilité, la journaliste Micheline Azar se met en scène sur fond de musique classique. Son cameraman filme en gros plan plusieurs cadavres gisant au sol ou dans des voitures. La journaliste commente : "Comme à chaque fois que nous allons dans une région, les terroristes y ont déjà pratiqué ce dans quoi ils excellent : le crime, le meurtre, et tout ça au nom de la liberté".  
 
Quelques instants plus tard, la journaliste s’approche, avec désinvolture, d’une femme âgée agonisante qui attend visiblement des secours. Elle lui tend son micro de sa main manucurée et lui demande avec insistance qui l’a blessée.
 
 
Ensuite, la reporter est filmée alors qu’elle interroge des enfants allongés à côté d’un corps sans vie à l’arrière d’un véhicule : "Qui est-ce ?" demande-t-elle. "Ma maman", répond la petite fille qui ne doit pas avoir plus de quatre ou cinq ans.
 
 
Ce reportage de 14 minutes a déclenché une vague de commentaires indignés sur les réseaux sociaux. Les méthodes de la journaliste, qui "fait ses duplex avec des personnes mourantes en arrière plan", sont qualifiées d’ignobles".  "Aucun professionnel digne de ce nom ne viendrait interroger des blessés avant même qu’ils aient pu être pris en charge par des urgentistes", commente un internaute sur Facebook.
 
Le reportage a été traduit ici en français. Attention, ces images sont choquantes.