Observateurs
 
Les habitants de la petite ville de Mahagi, en Ituri, dans l’est de la République démocratique du Congo, poussent un coup de gueule contre l’état désastreux des routes de leur région. Ils ont manifesté mercredi pour demander aux autorités locales d'utiliser les taxes routières qu'ils paient pour améliorer le réseau.
 
Toutes les photos ont été envoyées par notre Observateur.
 
La RDC dispose d’un réseau routier de 152 400 km, dont 95 % des routes sont en terre. Un Fonds national d’entretien routier (Foner) a été mis en place en 2009, avec pour objectif, à moyen terme, de réhabiliter 5 % des routes du pays, soit 7 500 km. Il est financé notamment par les taxes sur le carburant et les droits de péage.
 
Vidéo tournée par notre Observateur à Mahagi mercredi 17 février. Les manifestants chantent en langue lingala "Biso toboi foner, biso tolingi nzela" ce qui signifie : "Nous refusons le Foner, nous voulons la route". 
 

"Les commerçants n’ont plus le courage de prendre leur voiture pour vendre leurs produits en dehors de la ville"

Chrétien Uzele Chotum Chana préside une association d’encadrement de la jeunesse à Mahagi.
 
Les habitants en ont assez de donner de l’argent aux agents du Foner sans voir les résultats sur le terrain. Pour aller de Mahagi à Nyoka, il faut compter deux jours alors qu’il n’y a que 50 km entre ces deux villes. Les routes sont impraticables et en ce moment, avec les pluies, c’est pire que tout parce que tout est boueux. Les commerçants qui voudraient vendre leurs produits dans les villes aux alentours n’ont plus le courage de prendre leur voiture.
 
Pendant la marche, certains étaient tellement en colère qu’ils ont cassé la barrière de Foner. C’est à cet endroit qu’on se fait prélever. Les taxes vont de vingt-cinq à plusieurs milliers de dollars en fonction de la taille du véhicule, des marchandises transportées et de la ville de provenance. Ils touchent donc des millions par an et nous, on ne sait pas où passe notre argent. Pour moi, c’est certain qu’il est détourné et qu’il sert à payer des belles voitures aux autorités de Kinshasa [selon un site local, le Foner aurait récolté près de 56 millions de dollars (45 millions d'euros) en 2011].