Observateurs
 
Plutôt qu'une simple pelouse, outre-atlantique, la mode est aujourd'hui aux potagers. Mais les municipalités, habituées aux vertes pelouses parsemées de nains de jardins, freinent parfois des quatre fers contre ces plans de tomates et autres légumes bio qui défigurent ses allées. Exemple...
 
Josée Landry et Michel Beauchamp, de Drummondville au Québec, avaient transformé leur pelouse en potager. Leurs petites cultures leur valent de se retrouver dans la ligne de mire de leur municipalité. Cette dernière leur reprochent en effet de n’avoir pas respecté les règles locales qui obligent les jardins de façade à être constitués d’au moins 30% de gazon. Un avis a été envoyé au couple leur donnant jusqu’à dimanche pour raser  30 % de leurs cultures. 
 
 
De leur côté, les jardiniers en herbe ont expliqué qu’ils ne se laisseraient pas faire et contesteraient le règlement, déclarant que "Cultiver ses propres produits devraient être un droit. Cette illégalité est un non-sens". Une pétition a même été lancée sur Internet pour forcer les autorités municipales à revenir sur leur décision. Elle déjà été signée par 755 personnes.
 
La création du potager en images.