Observateurs
Deux combattants armés parmis les manifestants.
 
La violence a atteint un niveau sans précédent à Damas depuis l’attentat de ce mercredi 18 juillet qui a coûté la vie au ministre et au vice-ministre de la Défense. Les affrontements se propagent petit à petit dans les différents quartiers de la capitale syrienne. Une vidéo, filmée à Rokn al-Din, au nord de la ville, montre comment une simple manifestation se transforme peu à peu en un champ de bataille.
 
 
Ces images ont été diffusées en streaming (diffusion directe sur Internet) cet après-midi. La vidéo est titrée "Manifestation après l’enterrement d’un martyr à Rokn al-Din". Le vidéaste se filme d'abord dans des ruelles du quartier avant d’arriver sur une petite place où a lieu la manifestation.
 
Le rassemblement commence dans une ambiance bon enfant : les manifestants scandent des chants à la gloire de la Syrie et de la liberté ; ils sautent, frappent dans leurs mains…  A 5’10, une pancarte tendue par un des manifestants mentionne le nom du "martyr" qui vient d’être enterrer : il s’appelait Youssef Zaza.
 
Petit à petit (à partir de 11’45), on remarque la présence d’hommes cagoulés.
 
Soudain, à 23’35, les chants s’arrêtent et les manifestants commencent à reculer. La manifestation est vraisemblablement attaquée. Certains commencent à jeter des projectiles, on entend des "Allahou Akbar" ("Dieu est grand"). À partir de 25’21, on voit à nouveau des hommes cagoulés mais, cette fois, ils sont armés. Il s’agit vraisemblablement de combattants de l’Armée syrienne libre(ASL). Ils sont en première ligne et demandent aux manifestants de reculer.
 
Quelques instants plus tard, à partir de 27’12, des détonations résonnent. Les hommes armés répliquent, tandis que des jeunes autour d'eux continuent de lancer des pierres en direction des forces pro-Assad, hors champs. La situation semble devenir trop dangereuse pour le caméraman, qui quitte finalement les lieux, tout en filmant.
 
Cette vidéo, diffusée en direct, est une plongée rare, et relativement longue, dans le déroulement d'une manifestation à Damas. Les images publiées sur Internet ne donnent en effet la plupart du temps qu'une vision très morcellée des affrontements en Syrie.