Observateurs
 
Cette vidéo a été tournée le 29 juin à Hébron, une ville de Cisjordanie située au sud de Jérusalem, par un volontaire de B’Tselem, une organisation israélienne de défense des Droits de l'homme. On y voit un garde-frontière israélien se cacher derrière un mur avant d'attraper un jeune garçon palestinien qui, en réaction, se met à crier et à se débattre. Un autre policier arrive, donne un coup de pied à l’enfant et continue tranquillement sa route.
 
Cette scène se passe dans un quartier populaire de Hébron, où vit un petit nombre de colons israéliens sous la protection de policiers. Ce quartier est régulièrement le théâtre de frictions entre habitants et gardes-frontières, comme nous l'a expliqué Sarit Michaeli de l’ONG B’Tselem, joint par téléphone. Les policiers israéliens se plaignent d’être pris à partie par les enfants, qui eux dénoncent les fréquentes agressions dont ils sont victimes. Cette fois, les gardes-frontières ont affirmé avoir essuyé des jets de pierre provenant de l’allée où se trouvait le garçon que l'on voit sur la vidéo. Mais pour Sarit Michaeli, comme pour beaucoup d’internautes, quelles que furent les raisons qui l’ont motivé, le geste du soldat est inexcusable.
 
Depuis plusieurs années, B'Tselem lutte contre les débordements des forces de sécurité israéliennes contre les populations palestiniennes soumises à l'occupation.