Observateurs
 Les attaques contre les Hazaras, une minorité chiite persécutée au Pakistan, se sont multipliées ces derniers mois, au point que certains parlent désormais de génocide. Lashkar-e-Jhangvi, un groupe terroriste qui revendique la majorité de ces attentats, a même pris pour habitude de filmer ses tueries, qu’ils semblent pratiquer sans hâte et en toute décontraction. 
 
Cette vidéo est d’une rare violence. Elle montre une scène qui s’est déroulée le 4 octobre 2011 sur une route proche de Quetta, la capitale de la province du Baloutchistan, une région proche des frontières afghane et iranienne où vivent beaucoup de Hazaras. Ce jour-là, des commerçants hazaras de fruits et légumes faisaient la liaison entre Quetta et Hazera Town (une banlieue de Quetta) quand des hommes armés ont forcé le conducteur du bus à s’arrêter. Ils ont alors sauvagement massacré treize passagers, tous hazaras. Les médias locaux ont relayé la nouvelle et le groupe Lahskar-e-Jhangvi, des extrémistes sunnites proches des Taliban et d’Al Qaida, a aussitôt revendiqué cette tuerie. Muni d’un téléphone portable, l’un des combattants a filmé cette scène et posté cette vidéo sur Internet.
 
 
Ce film date de plusieurs mois, mais des tueries de ce type sont devenues monnaie courante dans cette zone. La dernière attaque date du jeudi 28 juin : un attentat à la voiture piégée a touché un bus qui transportait des Hazaras sur une route non loin de Quetta. Bilan, 13 morts et 25 blessés. Pour dénoncer cette énième attaque, la communauté hazara de Quetta a, une fois encore ce vendredi, exprimé sa colère en manifestant dans les rues.
 
Une soixantaine d’Hazaras ont été tués depuis janvier. En douze ans, plus de 600 membres de cette communauté sont morts dans des attaques selon Abdul Qayuum Changezi, le responsable de l’association Hazara Jarga. Quand ils ne sont pas exécutés, les Hazaras sont harcelés et persécutés par les extrémistes sunnites qui se sont implantés dans la région après la chute des Taliban en 2001 [Lire notre précédent article sur les Hazaras et le témoignage d’un de nos Observateurs hazaras.

"Nous sommes une cible facilement reconnaissable pour les terroristes car nous ressemblons à à des habitants de Mongolie"

Hamza Qasimi est un habitant hazara de Quetta.
 
Sur la vidéo, les terroristes parlent en baravi, un dialecte du Baloutchistan. Ils crient "Kafir" ce qui veut dire "non musulman". Pour eux, nous sommes des infidèles. Ce n’est pas la première fois que des Taliban se filment en train d’exécuter des membres de ma communauté. D’autres vidéos circulent sur Internet, souvent accompagnées de chants taliban. Pour eux, c’est une fierté et un signe de pouvoir d’exterminer les Hazaris.
 
Nous sommes une cible facilement reconnaissable pour les terroristes car nous ressemblons à des habitants de Mongolie. Ils viennent nous chercher jusque dans nos magasins à Quetta. Mon père avait son commerce près du marché de Quetta mais il a préféré quitter la ville car c’est devenu trop dangereux de vivre ici.
 
Cette vidéo a été tournée lors d'un massacre de Hazaras en septembre 2011. On entend un chant taliban. 
Ce billet a été rédigé avec la collaboration de Peggy Bruguière, journaliste à FRANCE 24.