Observateurs
Une manifestation a été organisée ce mardi à Lomé, la capitale togolaise, à l'appel du collectif  "Sauvons le Togo" pour demander l'application des recommandations d'un rapport de la Commission Nationale des Droits de l'Homme (CNDH). Plusieurs centaines de milliers de personnes, d'après les médias locaux, se sont rassemblées sous la pluie pour une marche en direction du carrefour Deckon, situé dans le centre d'affaires de la capitale. La manifestation s'est soldée par des échauffourées entre des groupes de jeunes et les forces de l'ordre, et plusieurs arrestations ont été rapportées par les organisateurs. 
 
Publiée sur le groupe Facebook Alafiaaaaaaaaaaa !!!!!
 
À l'origine du mouvement de contestation, un rapport de l'ONG togolaise CNDH publié en février dernier qui dénoncent les actes de tortures perpétrés par l’Agence Nationale de Renseignement (ANR) sur 33 prévenus incarcérés lors du coup d'Etat de 2009. Le ministère de la Justice avait commandé ce rapport en septembre dernier mais au moment de sa parution sur le site de l'organisation, un deuxième rapport contradictoire (c'est à dire rejetant les accusations de tortures prêtées à l'ANR) avait été publié sur le site du gouvernement togolais. Après une vive polémique, le président Faure Gnassingbé a fini par annoncer une réforme des services sécuritaires du pays.
 
Les organisations de défense des droits de l'homme lui reprochent par ailleurs de vouloir opérer un "passage en force" lors des prochaines élections législatives, prévues en octobre prochain. Ses opposants exigent "le retrait immédiat et sans condition de projets de lois relatifs au code électoral et au découpage électoral", un retrait préconisé par le rapport de la CNDH. 
 
 
 
 
Le collectif "Sauvons le Togo", lancé le 5 avril dernier, regroupe dix-sept organisations de défense des droits de l’Homme, des associations de la société civile et des partis politiques d’opposition.