Observateurs
 
Notre Observateur Assan Midal a sillonné pendant plusieurs semaines le nord du Mali, zone actuellement contrôlée par des milices d’islamistes radicaux, dont le mouvement Ançar Dine, et des indépendantistes touareg. Voici ses quelques photos d’une région aujourd’hui coupée du monde.

Un bar fermé de force dans la ville de Gao.  Assan Midal le présente comme l’établissement où l’ancien gouverneur de la région aimait aller "prendre une bière".  


Au même titre que la plupart des lieux de divertissement des grandes villes de la zone, le bar a été fermé par les islamistes radicaux qui prônent une application stricte de la charia (loi islamique) interdisant notamment alcool et tabac. Le drapeau d’Ançar Dine sur lequel est écrit  "Il n’y a de dieu que dieu et Mahomet est son prophète" a été placardé sur la porte de l’établissement.


Toujours à Gao, sur une des voix principales de la ville, une pancarte repeinte par les combattants d’Ançar Dine sur laquelle est inscrit le même message.


Un combattant du MNLA, le mouvement national de libération de l’Azawad à Tombouctou. La ville est aujourd’hui quasiment sous le contrôle des islamistes. D’après des témoignages recueillis par l’AFP, ces derniers ont détruit mercredi 23 mai le "monument des martyrs", qui rendait hommage aux victimes de la lutte contre la dictature du général Moussa Traoré en 1991, et fouetté de jeunes fumeurs. Les combattants indépendantistes touareg seraient quant à eux cantonnés à la périphérie de la ville.


La radio communautaire, Radio Tisdas, à Kidal, ne diffuse plus que des prêches et des lectures du coran selon notre Observateur.