En décrochant la troisième place lors du premier tour de l’élection présidentielle française avec un score historique de 17,9% (contre 17% pour son père en 2002), Marine Le Pen, candidate du parti d’extrême droite Front national, a frappé un grand coup sur l’échiquier politique hexagonal.
 
Les propositions de la candidate sur les thématiques de la sécurité et de l’immigration, ses principaux chevaux de bataille, ont conquis bon nombre d’électeurs.
 
Les chiffres de l’immigration clandestine sont, selon Marine Le Pen, particulièrement préoccupants. Plus encore depuis qu’ont éclaté les "crises arabes de la fin 2010 et du début 2011".
 
Selon la candidate du FN, la France serait, au regard de ses avantages sociaux - "les plus avantageux de toute l’Europe" - un pays particulièrement attirant pour les candidats à une vie meilleure.
 
Pour contrecarrer ce "fléau", les plans de Marine Le Pen prévoient notamment la suppression dans le droit français de la possibilité de régulariser des clandestins, ainsi que la réduction drastique du nombre de demandeurs d’asile admis à rester en France.
 
Au lendemain de ce premier tour, quatre de nos Observateurs commentent cette forte progression du Front national.
 
 

"J’ai surtout peur pour les élections de 2017 et 2022"

Youssef Fayla Cherif est un blogueur vivant à Tunis (Tunisie).
 
À l’écoute des résultats du premier tour, ma première réaction a été d’avoir peur. Peur, non pas du présent puisqu’après tout Marine Le Pen ne finit  'que" troisième et est maintenant hors course. Mais peur pour l’avenir. Pour les élections de 2017 et 2022.
 
Dans quel état sera la France dans les années à venir ? Si le Front national a connu une baisse de régime en 2007 [Jean-Marie Le Pen termina à la 4ème place avec 10,4%], il est apparu en net regain de forme cette année sous la férule de Marine Le Pen.
 
Nicolas Sarkozy sort affaibli et le Front national pourrait constituer une alternative sérieuse à la droite traditionnelle et s’installer durablement dans ce fauteuil de concurrent direct de la gauche si la France continue à s’enfoncer de la sorte dans la crise. Le contexte économique et social fait le lit du FN, qui porte tout le désespoir des Français.
 
"Les propos du FN relèvent de la démagogie"
 
Le Pen est la "faiseuse de roi" du second tour. Sarkozy ne compte plus que sur ses électeurs pour espérer l’emporter.
 
Les propos et les chiffres qu’elle avance en matière d’immigration relèvent de la démagogie. De plus, la gauche est molle, la droite présente un mauvais bilan donc les électeurs se rangent du côté du FN. Si on ajoute à cela la crise de l’euro [que combat avec vigueur Marine Le Pen] et la hausse du chômage, on comprend comment ce parti est parvenu à ses fins.
 

"Les Français ne sont pas fondamentalement racistes, ils sont tristes"

Lamine M’Bengué est musicien et conteur d’histoires pour enfants. Il vit entre Paris, Barcelone et Dakar. Il a filmé en juillet 2009 l'expulsion d'un clandestin "manu militari" d'un clandestin à l'aéroport de Madrid.
 
Imaginer Marine Le Pen au pouvoir m’effraie. Mais, pour l’heure, ce qui est plus inquiétant c’est le score qu’elle a réalisé [17,9%]. Il s’agit là d’un vote contestataire. Le Front national représente le réceptacle de la frustration des Français, du désespoir des chômeurs, de ceux qui se sentent laissés pour compte. Les Français ne sont pas fondamentalement racistes. Ils sont tristes.
 
En Espagne, où l’extrême droite n’a quasiment pas voix au chapitre, le racisme est nettement plus présent qu'au sein de la société française. Quand, à Barcelone, je rends visite à un ami, il m’arrive souvent que des gens de l’immeuble me demandent qui je suis et ce que je veux…
 
Le peuple français va finir par se rendre compte de l’ineptie du programme du FN. Marine Le Pen cherche à faire peur en brandissant la menace du jeune à capuche de cité qui s’acoquine avec les pires réseaux islamistes.
 
À l’heure de la mondialisation, ses idées sont archaïques et tout simplement inapplicables. La France a besoin de la main-d’œuvre africaine pour se moderniser. Mais si les portes lui sont fermées, tant pis ! Elle ira vers d’autres contrées, là où on voudra bien l’accueillir : le Canada, les États-Unis, la Chine…

"La politique du Front national vise moins à condamner les immigrés qu’à préserver la qualité de vie des Français"

Stefan Gyuricza est économiste à Bucarest (Roumanie).
 
Si Nicolas Sarkozy a fait beaucoup pour la France, ce pays a besoin d’un leader plus costaud, mieux préparé pour affronter la rudesse de la crise.
 
L’excellent score réalisé par Marine Le Pen est salutaire pour ce pays car elle est la seule à défendre ses valeurs. Ce résultat incarne la volonté de changement du peuple français qui voit son niveau de vie se dégrader année après année, gouvernement après gouvernement. La démocratie n’est absolument pas menacée car si un jour Marine Le Pen venait à l’emporter, ce serait par la voie des urnes. Donc où est le problème ?
 
La politique du Front national vise moins à condamner les immigrés qu’à préserver la qualité de vie des Français. Il faut faire des choix. Et la préférence nationale l’emporte.
 
Le nombre d’immigrés légaux en France doit refléter les besoins réels en main-d’œuvre. Quitte à ce que cela passe par une réduction massive du nombre d’immigrés légaux. Ce pays n’a pas besoin de chômeurs supplémentaires. La France est un pays que je connais très bien et je ne crois pas que sa population soit raciste. C’est toujours une terre d’accueil pour les étrangers.

"Le Pen oublie que les immigrés ont contribué au développement de la France"

Moulaye Oumar Haidara est technicien informatique à Bamako (Mali).
 
Marine Le Pen a réalisé un score surprenant. Ce fut pour moi un choc même si l’essentiel est qu’elle ait été éjectée du second tour.
 
Une partie de ma famille vit en France et verrait d’un très mauvais œil une victoire aux prochaines élections de Le Pen. Elle fait très peur. Sa politique à l’égard des immigrés est encore plus répressive que celle de Nicolas Sarkozy et de Claude Guéant, c’est dire !
 
Le plan du Front national est égoïste et profondément injuste. Nous dépendons les uns des autres. Vous [les Français] nous construisez des hôpitaux et nous, nous vous construisons des immeubles. Nous sommes dans la culture de l’échange, de l’entraide. Il ne faut pas que cela cesse.
 
Le Pen oublie que les immigrés ont contribué au développement de la France. Le pays s’est reconstruit en partie grâce à eux. De plus, les entreprises françaises sont bien contentes de pouvoir disposer de travailleurs étrangers corvéables et exploitables à merci.