Une vidéo de 1991, postée ces derniers jours sur Internet, fait polémique en Tunisie. Elle montre les soi-disant ébats du ministre de l’Intérieur tunisien, alors emprisonné, avec un de ses codétenus. Ces images nous ramènent aux heures les plus sombres de la "porno-politique" de Ben Ali, selon les mots de l’activiste Ahmed Manaï.
 
La vidéo a été aujourd’hui retirée de YouTube, mais elle circule toujours grâce à des sites d’échange de fichiers volumineux, de type Megaupload. Les images en noir et blanc semblent avoir été tournées dans une cellule de prison par une caméra de surveillance. On y voit deux hommes avoir une relation sexuelle. La vidéo, montée, fait parfois des gros plans sur le visage d’un homme qui ressemble vaguement à Ali Larayedh, actuel ministre de l’Intérieur tunisien et membre du parti islamiste Ennahda. Il est impossible de juger de l’authenticité de ce document, dont l’image est de très mauvaise qualité. Il n’est notamment pas possible de distinguer clairement le visage des hommes qui ont une relation sexuelle et il pourrait s’agir d’une mise en scène. Pour Samir Dilou, porte-parole du gouvernement, cette vidéo n’est d’ailleurs rien qu’un "montage". La diffusion de cette vidéo a en tout cas déclenché un élan de solidarité dans la classe politique tunisienne, qui a unanimement condamné des méthodes de déstabilisation indignes.
 
Ali Larayedh avait été arrêté en 1990 et condamné à 15 ans de prison après une mascarade de procès. Il a été soumis à des tortures en détention et sa femme a été abusée sexuellement lors d’un interrogatoire au ministère de l’Intérieur en 1992. 
 
Ahmed Manaï, opposant de longue date au régime de Ben Ali, a publié en 1995 "Le supplice tunisien, jardin secret du général Ben Ali", un livre dans lequel il détaille les moyens de pression utilisés par l’ancien président pour museler ses opposants.
 
J’avais cette vidéo sur cassette en 1991. Elle avait été envoyée à beaucoup de monde à l’époque pour discréditer Ali Larayedh. Je ne suis pas capable de dire s’il s’agit d’un montage ou pas. A une certaine période, ce type de vidéos était couramment diffusé par les agents de Ben Ali. Je me rappelle par exemple d’une vidéo qui montrait soi-disant l’ancien Premier ministre Mohamed Mzali ayant une relation sexuelle avec une femme dans une chambre d’hôtel à Paris. A chaque fois, la cassette était envoyée par courrier anonyme à un certain nombre de personnes, puis l’affaire était révélée par un journal du pouvoir, sans que les images soient toutefois montrées au grand public. Cette porno-politique a été utilisée au début des années 1990. Ils ont abandonné la technique ensuite.
 
"Le plus probable est que la vidéo vienne de quelqu’un du ministère de l’Intérieur, ou d’un ancien haut gradé de la police"
 
Je pensais que tout ça était derrière nous. Et je vois que ça revient. C’est ignoble et ceux qui utilisent ces méthodes maintenant ne valent pas mieux que ceux qui les utilisaient sous Ben Ali. Je ne sais pas qui a ressorti cette vidéo. Le plus probable est que ce soit quelqu’un du ministère de l’Intérieur, ou un ancien haut gradé de la police, qui cherche à déstabiliser Ali Larayedh [la vidéo a été postée peu de temps après l’annonce de l’émission de trois mandats d’amener à l’encontre de hauts cadres du ministère de l’Intérieur ndlr]. Il faut bien comprendre que si Ben Ali est parti, une partie de son administration est toujours en place. On dit qu’une partie des archives du ministère de l’Intérieur a disparu, il se peut que ces documents soient aujourd’hui entre les mains de personnes mal intentionnées. Je m’attends à d’autres scandales de ce genre dans les prochaines semaines."