Observateurs
 
Face aux émeutes au Royaume-Uni, des groupes de citoyens s’organisent pour protéger leur quartier. Ces "vigilanti" sont souvent dépeints comme des militants d’extrême droite racistes et avinés. Une idée reçue, selon l’un de nos Observateurs, qui a suivi l’une de ces patrouilles à Londres.
 
La police, déployée en effectifs renforcés depuis mardi dans les rues de Londres, estime que ces émeutes sont "les pires" que le Royaume-Uni ait connu "en trente ans". Près de 770 personnes ont été arrêtées, depuis samedi, par les forces de police.

"Je reconnais que beaucoup d’entre-eux avaient bu, mais il n’y a pas eu de débordements"

Patrick Hayes habite Londres. Il contribue à Spike, une publication de gauche radicale.
 
J’ai suivi hier soir [9 janvier] une patrouille de "vigilanti" dans le quartier d’Enfield à Londres. Il y avait environ 300 personnes. Pour la plupart des blancs de la classe ouvrière, mais pas seulement. Et c’est vrai qu’il s’agissait principalement de supporters de l’équipe de foot de Tottenham. Mais contrairement à ce que la plupart des médias disent, cela ne fait pas d’eux des militants d’extrême droite.
 
Au cours de leur patrouille, je n’ai entendu aucun commentaire raciste ou même politique. Il y a eu plusieurs autres patrouilles de ce genre, et certaines sont sûrement plus politisées, ou liées à l'EDL [English Defense Ligue, un mouvement citoyen qui se déclare "anti-islamisme"], mais ce n’était pas le cas à Enfield. Je reconnais que beaucoup d’entre-eux avaient bu, mais il n’y a pas eu de débordements. A un moment, quelques-uns se sont mis à s’agiter parce qu’ils croyaient avoir vu des émeutiers et ils se sont un peu excités, mais les autres leur ont vite dit de se calmer.
 
 
Photos du comité de défense d'Enfield, le 9 août. @patrickhayes
 
A titre personnel, je ne suis pas partisan de ce type de comité de défense. J’ai conscience que cela peut être dangereux. Mais j’ai constaté que ces gens n’étaient pas les fascistes qu’on nous décrit dans les médias. Ce sont juste des gens de la classe ouvrière qui ont vu leur quartier saccagé et qui veulent le défendre. Ce sont des locaux qui se sont sentis abandonnés par la police et qui ont pris les choses en main. Je préfère ces individus à ceux qui ne font rien.
 
[Interrogé sur cette patrouille de citoyens à Enfield, un porte-parole de la police a déclaré : "nous n’avons pas besoin de ces vigilanti. La plupart semblaient avoir trop bu et ils ne font que détourner les ressources de la police de leur vraie tâche, qui est justement d’empêcher les émeutes"].