Pour couper net l’aspiration des Saoudiennes à pouvoir, un jour, conduire une voiture, les autorités du royaume ont arrêté la militante féministe Manal al-Sharif. Son délit : s’être filmée au volant de son véhicule. Notre Observatrice l’avait accompagnée dans cette virée hautement symbolique.

La vidéo de Manal al-Sharif, discutant avec des amies alors qu’elle conduit dans les rues de Khobar, à l’est du pays, a été vue plus de 600 000 fois. Son geste est en effet tout sauf banal dans la très conservatrice Arabie saoudite, dernier pays au monde à interdire aux femmes de conduire.  

Al-Sharif a été arrêtée le 22 mai, le lendemain du jour où elle a posté la vidéo, alors qu’elle était au volant de son véhicule. Elle a été brièvement relâchée, puis placée à nouveau en détention. Selon les autorités saoudiennes, elle est accusée de "troubles à l’ordre public" et sera détenue le temps de l’enquête, soit cinq jours. Son avocat a toutefois demandé une libération sous caution.  

Sa vidéo a été retirée de YouTube juste après son arrestation, tout comme sa page Facebook qui appelait les Saoudiennes à défier collectivement l’interdiction de conduire le 17 juin 2011. Mais une nouvelle page  a immédiatement été recréée et la vidéo repostée sur YouTube par des internautes qui soutiennent son action.
 
 
Vidéo de Manal al-Sharif au volant dans la ville de Khobar, re-postée sur YouTube par noramist.
 

"Le contexte est plus favorable aujourd’hui pour mobiliser les Saoudiens"

 
Wajeha Al-Huwaider est écrivain et militante féministe. Elle a filmé Manal al-Sharif pendant qu’elle conduisait dans les rues de Khobar. Elle a parlé à FRANCE 24 avant l’arrestation de Manal, le 22 mai. Contactée par email, elle a par la suite répondu qu'il était "trop risqué de parler". Elle a ajouté qu’elle pensait que les autorités étaient "particulièrement sévères avec Manal parce qu'elle souhaitent dissuader les autres femmes"
 
Cela fait 25 ans que des Saoudiennes se mobilisent pour obtenir le droit de conduire. Dans les années 1990, une quarantaine de femmes avaient conduit pendant une journée pour dénoncer cette interdiction. Moi-même, je m’étais filmée au volant en 2007 à l’occasion de la journée de la femme. J’ai le sentiment que notre action a eu un impact sur les mentalités à l’intérieur du pays, mais je vois aussi que les autorités n’ont pas bougé d’un centimètre. Nos leaders sont comme beaucoup d’autres dans le monde arabe, ils n’écoutent pas assez les aspirations de leur peuple.
 
Alors lorsque j’ai vu l’initiative lancée par Manal [Manal al-Sharif Founer], j’ai tout de suite eu envie de l’aider. Elle utilise de nouvelles méthodes de mobilisation, comme Facebook et Twitter, et il est évident qu’elle parvient à toucher davantage de monde. Moi, en 2007, je contactais les gens par email et par téléphone, ce qui est très long. Manal a déjà alerté des milliers de personnes grâce aux réseaux sociaux [plus de 8 000 personnes étaient inscrites sur sa page Facebook avant que celle-ci soit supprimée] et même les médias locaux parlent de la mobilisation du 17 juin.
 
"Le roi a déjà fait beaucoup progresser la cause des femmes. Il faut maintenant qu’il soit courageux et qu’il nous autorise à conduire"
 
Je pense en outre que le contexte est plus favorable aujourd’hui pour mobiliser les Saoudiens. De plus en plus de femmes travaillent et donc ont besoin d’une voiture. Et leurs familles en ont conscience.
 
Je rappelle enfin que les autorités saoudiennes affirment qu’il n’y a aucune loi interdisant aux femmes de conduire, il s’agirait d’une coutume. Pourtant, si vous conduisez en ville, vous pouvez vous faire arrêter et conduire au poste de police, ce qui semble contradictoire. D’autant que les femmes n’ont normalement pas le droit d’entrer dans un poste de police…
 
Le roi a déjà fait beaucoup progresser la cause des femmes. Il a par exemple autorisé des universités mixtes, il a permis aux femmes de parler aux médias, etc. Il faut maintenant qu’il soit courageux et qu’il nous autorise à conduire.
 
Je ne sais pas trop comment va tourner la journée de mobilisation du 17 juin. Je suis inquiète de la tournure que prennent les choses sur Facebook. Un groupe d’hommes a monté une page Facebook pour nous soutenir, ils disent qu’ils vont venir nous protéger lorsque nous conduirons. Mais il y a quelques jours, un autre groupe a été créé : des hommes qui affirment qu’ils tabasseront ceux qui comptent nous escorter avec leur Iqal [cercle qui permet de maintenir le kéfié blanc porté par les Saoudiens], c’est d’ailleurs le nom qu’ils ont donné à leur groupe Facebook .
 
Des parodies de la vidéo de Manal ont été faites par des Saoudiens pour se moquer du combat de son combat. Une page Facebook a même été créée contre la journée du 17 juin. Elle compte plus de 4 200 membres en colère. Vidéo postée sur YouTube par lm2050
 
Malgré la publicité générée par l’initiative de Manal, je ne pense pas que l’on réunisse le 17 juin plus d’une cinquantaine de femmes. Alors ce que je demande à mes compatriotes, dès aujourd’hui, c’est de se filmer en train de conduire, même anonymement, et de poster leur vidéo sur Internet. Mettons la pression sur les autorités. J’espère vraiment voir les Saoudiennes conduire de mon vivant. "
 
Billet écrit avec la collaboration de Ségolène Malterre, journaliste à FRANCE 24.