Photo prise vendredi matin à Yopougon, par Lookman, Observateur à FRANCE 24. 
 
À Yopougon, un quartier d’Abidjan tenu par les milices pro-Gbagbo, les habitants vivent barricadés chez eux depuis jeudi après-midi. Notre Observateur a assisté cette nuit à des scènes de pillages qu’il qualifie d’"apocalyptiques".
 
Après une nuit de violences entre les forces fidèles à Alassane Ouattara, le président élu, et les partisans de Laurent Gabgbo, le président sortant, les combats se sont concentrés le 1er avril autour de Cocody, un quartier qui abrite l’hôtel du Golf (où est retranché le clan Ouattara), la résidence présidentielle (où loge Laurent Gbagbo) et le siège de la télévision ivoirienne (RTI).
 
Des tirs nourris ont également été entendus dans les autres quartiers de la ville. Plusieurs Observateurs nous ont rapporté que des hommes armés, mais en civil, pillaient les maisons et les commerces de la ville.
 
Images tournées vendredi matin dans la commune de Yopougon par notre Observateur, sorti constater l'ampleur des dégâts. 

Scène de pillages à Cocody

Cette vidéo a été envoyée par un Observateur, terré chez lui, à Cocody. Il a filmé cette scène de sa fenêtre, vendredi 1er avril. 

"J’ai vu des hommes tirer sur tous les magasins du quartier… Puis ils se ruaient à l’intérieur et ressortaient avec des brouettes pleines à craquer"

Lookman (pseudonyme) habite Yopougou, un bastion de Laurent Gbagbo, à Abidjan.
 
Les pillages ont eu lieu le jeudi 31 mars à partir de 19h. Jusqu’à minuit, nous étions terrés chez nous, à écouter les tirs se rapprocher de nos maisons. À travers ma fenêtre, j’ai vu des hommes tirer sur tous les magasins du quartier, entre la pharmacie Bel Air et le carrefour Sable [une artère commerçante de la commune].
 
Une fois les vitres brisées et les portes cassées, ils se ruaient à l’intérieur et ressortaient avec des brouettes pleines à craquer. Ils piquaient tout : des réfrigérateurs, des matelas, des téléviseurs, des tables, etc.
 
 
Je suis persuadé qu’à Yopougon, ces pillages ont été commis par les mêmes patriotes [la milice pro-Gbagbo] qui contrôlent les barrages. Jeudi, les FDS [forces militaires pro-Gbagbo] avaient déserté le quartier parce que des rumeurs disaient que les FRCI [Forces républicaines favorables à Alassane Ouattara, soldats venus du nord du pays] devaient entrer dans Abidjan par Yopougon [Jeudi, les FDS ont en effet déserté les corridors qui entourent Yopougon]. Mais les jeunes patriotes ont repris le contrôle de la commune. Ils ont des kalachnikovs, des grenades et des gourdins. Je crains que ce soir, ils viennent s’en prendre à nous.

"Ce matin, je n’ai pu rester que trente minutes dehors, parce cela devenait trop dangereux"
 
Ce matin, je suis sorti à 7h de chez moi, et j’ai filmé ces images, à Yopougon. Les rues étaient jonchées de débris, les habitants pleuraient. C’était apocalyptique. Je n’ai pu rester que trente minutes dehors, parce cela devenait trop dangereux.
 
Ces photos ont été prises ce matin par notre Observateur Lookman, à Yopougon.