Capture d'écran de la vidéo ci-dessous.
 
Après la catastrophe du séisme et du tsunami le 11 mars au Japon, la plupart des Russes se sont précipités pour exprimer leur empathie et offrir leur aide au peuple japonais. La plupart, mais pas tous.
 
Le premier à faire des vagues est Alexandre Shumsky, un prêtre orthodoxe russe qui a publié le 14 mars un article intitulé "La fin du miracle japonais" . Il y écrit que le séisme et le tsunami sont les punitions divines infligées au Japon pour avoir offensé la Russie. Selon lui, cette catastrophe a frappé le Japon après que certains manifestants ont osé brûler des drapeaux russes et détruire le portrait du président russe Dmitri Medvedev, après sa visite aux îles Kouriles. Le Japon et la Russie se disputent âprement la souveraineté de cet archipel au nord du Japon.
 
 
Le même son de cloche est exprimé par Elena Yampolskaya, rédactrice en chef adjointe de Izvestia, un grand quotidien russe connu pour ses liens étroits avec le Kremlin. Selon elle, le tremblement de terre est la preuve que Dieu protège la Russie contre les Japonais criminels.
 
Mais le plus grand pavé dans la mare a, de loin, été lancé par Nikita Mikhalkov Sergeevich. Ce réalisateur de cinéma russe mondialement connu est un habitué de la controverse. Le 16 mars, il a prononcé un discours à la Chambre de cinéma de Moscou, au cours duquel il a déclaré que le tremblement de terre et le tsunami ont été envoyés au Japon pour punir ses citoyens de leurs "péchés et leur impiété".
 
 
Cette vidéo amateur de la conférence de Mikhalkov s’est répandue comme une traînée de poudre sur le Web russe, et a suscité de vives discussions sur les blogs et médias russes. Bien que certains internautes apprécient le franc parler du réalisateur, la plupart considèrent qu’il a dépassé les ornes et s’est couvert de honte.
 
Deux jours plus tard, le réalisateur a clarifié sa position sur son propre canal YouTube. Selon lui, ses propos ont été déformés. Les Japonais auraient été punis non pas pour leurs propres péchés, mais pour ceux du monde entier. Mais pour ses détracteurs, ces précisions sont trop tardives et insuffisantes. Un de ses détracteurs a eu cette formule ironique, "Dieu punit les Japonais avec le tremblement de terre et nous, les Russes, avec Mikhalkov".
 
La Russie a un historique en la matière. Dans le passé, des idées similaires ont été exprimées par le Patriarche Kirill, le chef de l'Église orthodoxe russe, concernant d’autres nations frappées par une catastrophe naturelle. Ainsi en janvier 2010, le patriarche a prétendu que Dieu avait puni Haïti avec le tremblement de terre. En août 2010, il a suggéré, en des termes beaucoup plus nuancés que les incendies de forêt en cours dans la région de Moscou étaient envoyés aux Russes pour les punir pour leurs péchés .

"Tchernobyl, le tremblement de terre en Haïti et ce qui se passe au Japon sont des avertissements à l'humanité, des rappels de notre dépendance et notre vulnérabilité "

Père Konstantin Kravtsov, 47ans, prêtre dans l’Eglise de l’Annonciation de Petrovsky à Moscou.
 
Dans la tradition judéo-chrétienne, les croyants voient la main vengeresse de Dieu dans toute catastrophe, qu'elle soit naturelle ou sociale. C'est une tradition biblique qui concerne non seulement la pénitence divine mais également l’absolution. Toutes les épreuves sont envoyées pour sauver que ce soit un seul homme, un peuple ou toute l'humanité. Et cela pour montrer à quel point la réalité est tragique.
 
Mais en voyant Dieu seulement comme un bourreau et un juge qui châtie, nous créons une fausse image de lui. Dieu n'est pas seulement un juge qui frappe, c'est aussi un réconfort. La répression n'est pas que punition mais aussi salut. Comme il est dit dans le Nouveau Testament: "Celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé". En d'autres termes, toute catastrophe est traditionnellement considérée comme une "visite" de Dieu.
 
Il est important également de noter que tout est lié. Je m'explique : au début, Dieu a créé un monde parfait qu’il a donné à l'homme. L'homme l’a utilisé pour lui-même, rompant avec le créateur. Et cette rupture a radicalement changé à la fois la nature humaine et le monde - la nature elle-même. Une catastrophe en entraîne une autre. En rejetant le surnaturel, l’homme cède, aux lois naturelles, aux éléments aveugles. En résumé, on peut dire que Tchernobyl, le tremblement de terre en Haïti et ce qui se passe au Japon sont des avertissements à l'humanité, des rappels de notre dépendance et notre vulnérabilité. L’humanité doit voir le monde d'une manière plus réaliste, et de lui faire commencer à penser à la vie et la mort, à la fragilité de notre monde. Donc, on peut appeler cela une punition de Dieu ou une catastrophe naturelle – les mots n’ont pas d’importance. Ce qui importe vraiment, ce sont les conclusions que nous en faisons. Allons-nous devenir plus sages, plus profonds, plus humains pour être en mesure de prendre soin de ceux frappés par une catastrophe, ou, - malheureusement, cette tendance existe aussi, - allons-nous le considérer comme une punition pour les méchants. Dieu ne punit pas n'importe qui - c'est l'homme qui se punit. Et, bien sûr, ce n'est pas à nous de juger ceux qui ont souffert. Nous devons prier pour eux, à la fois pour les morts et les vivants.

“L’esprit des jugements de M. Mikhalkov est tout sauf chrétien”

Dionisiy Pozdnyaev, 40 ans est moine-prêtre de l’Église orthodoxe russe de St Paul à Hong Kong.
 
 
Mon opinion est que monsieur Mikhalkov fait des théories sur quelque chose qui dépasse de loin les limites de sa compréhension. Je ne sais pas pourquoi il a décidé de faire ces jugements, mais son esprit est loin d'être chrétien.