Quelques heures après le séisme de magnitude 8,9 qui a secoué le Japon, vendredi 11 mars, les images amateurs continuaient d'affluer sur Internet. En voici une sélection.
 
Un très violent séisme a frappé la côte nord-est du Japon vendredi, déclenchant un tsunami qui a tout balayé sur son passage : maisons, voitures et bateaux. Il s’agirait du plus fort tremblement de terre qu’ait connu l’archipel depuis 140 ans.
 
Un bilan provisoire donné par l’agence de presse japonaise Kyodo fait état d'au moins 1 000 morts. Entre 200 et 300 corps ont été découverts par la police sur une plage de la ville de Sendaï, située dans le nord-est du pays. Actuellement, près de 4,4 millions de foyers sont privés d'électricité dans la partie septentrionale de l'archipel. Près de 80 incendies ont été recensés en divers points de l'archipel.
 
Dans un supermarché de Tokyo pendant le séisme.

"La ville de Sendaï est plongée dans le noir"


Gwenael Le Youdec est professeur de français à Sendaï, dans la zone la plus touchée par le séisme et le tsunami. Nous l'avons contacté via Internet.

J’étais chez moi, au quatrième étage de mon immeuble, avec ma femme et mes deux enfants en bas âge. J'ai été surpris par la force mais aussi par la durée de la secousse. Le téléviseur, l'ordinateur, presque tout le mobilier est tombé. Nous sommes sortis et avons immédiatement été orientés vers un endroit à l’abri.

Je me suis aperçu que tous les trains étaient arrêtés. Des files se formaient devant les rares commerces de première nécessité restés ouverts. Quelques supérettes qui vendent au compte-gouttes et s’éclairent à la torche électrique ! Pas de nourriture donc et pourtant les gens gardent leur calme.
 
Une majorité des gens se déplaçaient avec des sacs contenant leurs affaires. Certains portaient des casques de chantier mais il faisait trop noir pour voir les dégradations sur l'immobilier et la voirie. Je n’ai vu aucune ruine. Actuellement, les réseaux sont saturés et je n’ai pu avoir personne au téléphone.

Nous nous trouvons pour la nuit dans le gymnase d'une école réquisitionnée comme refuge. La ville est plongée dans le noir. Tout le monde parle de la vague de 10 mètres qui a submergé le port. Les responsables des 'abris' ont distribué quelques bouteilles d'eau ainsi que des couvertures pour deux personnes mais les gens viennent déjà avec le nécessaire. Les Japonais ont  l’habitude, leur calme est impressionnant."
 
Une famille fuit sa maison pendant le tremblement de terre vendredi à Sendaï, dans le nord-est du pays.

"On a mis toute la vaisselle par terre pour éviter qu'il n'y ait trop de dégats"

Alireza Ayatollahi habite à Tokyo.

J’étais au bureau quand il y a eu une annonce dans tout l’immeuble. On a vu tout trembler, les ordinateurs, les meubles, etc.  Ensuite, on nous a donné des casques pour rentrer chez nous. Ici, à Tokyo, les gens ont en général entre 1 heure 30  et 2 heures de trajet par jour, mais les transports et l’électricité ayant été interrompus, ont a dû tout faire à pied. Certains ont mis 5 heures pour rentrer chez eux.

Je m’apprête à passer la nuit chez moi. On a accueilli des amis qui n’ont pas pu rentrer à leur domicile. On a mis toute la vaisselle par terre et vidé tous les placards pour éviter trop de dégâts. À l’heure où je vous parle (15h à Paris) les secousses sont encore très régulières. La nuit va être longue."
Dans le parc Disneyland de Tokyo, hier après midi. Postée sur Twitpic par mrdaps.
 
L'eau des égouts sort du sol et une bouche d'égout est expulsée par de la terre dans le centre de Tokyo. Posté sur Twitpic par Jarrod Lentz
 
Vue de la ville de d'Ichihara où le tremblement de terre a provoqué plusieurs incendies.
Billet écrit en collaboration avec Paul Larrouturou, journaliste.