La mobilisation contre la réforme des retraites ne faiblit pas. À Marseille, les éboueurs sont en grève depuis le 12 octobre. Les déchets dénaturent complètement le paysage de la ville. Notre observateur témoigne de son slalom quotidien entre les bennes à ordure.

Devant l’ampleur du mouvement, le préfet des Bouches-du-Rhône a pris la décision de faire intervenir la sécurité civile pour évacuer les déchets. Pourtant, la situation ne semble pas s’améliorer à Marseille, comme en témoignent ces photos, dont certaines ont été prises ce matin-même.

"Ce qui met surtout les habitants en colère, c’est que la mairie ne fasse rien pour remédier à la situation"

Timothée Barray est développeur web, il travaille au centre-ville de Marseille.

Je fais tous les jours le même chemin pour me rendre à mon travail et, franchement, je n’ai pas l’impression que les choses s’améliorent depuis l’annonce faite par le préfet. Au moment même où je vous parle, je me trouve entre deux bennes à ordure qui débordent. Et c’est partout pareil. La sécurité civile a paraît-il déblayé un peu, mais la différence n’est pas palpable. D’ailleurs, à en croire la presse locale, ils n’ont débarrassé que ce qui débordait des containers.

Il faut dire aussi que certaines personnes enfoncent le clou et profitent de l’occasion pour se débarrasser de tous leurs déchets (TV, frigos, etc). Ce qui contribue à donner encore plus une impression de totale anarchie. De plus, les températures grimpent depuis le début de cette semaine et le vent se raréfie. Du coup, bonjour les odeurs pestilentielles ! À vrai dire, cette situation ne nous surprend pas, ce n’est pas la première fois que les éboueurs font grève à Marseille, on commence à être habitué ici. Mais ce qui met surtout les habitants en colère, c’est que la mairie ne fasse rien pour remédier à la situation et que l’on vit depuis dix jours dans une poubelle à ciel ouvert sans que les autorités ne bougent."

Photos envoyées par un de nos observateurs à Marseillle.

Photo publiée par Gaëlle Le Liboux sur la page Facebook du groupe "Marseille Capitale Européenne des Ordures".

TV et fauteuil jetés à la rue. Photo publiée sur Facebook par Gaëlle Le Liboux.

Photo publiée sur Facebook par Gaëlle Le Liboux.

Photo publiée sur Facebook par Gaëlle Le Liboux.

Ce billet a été rédigé en collaboration avec Sarra Grira, journaliste à France 24.