Observateurs
Affiche du Quick halal de Roubaix. Photo publiée sur Flickr par somebaudy, le 4 mars 2010.

 

La chaîne de fast-food Quick élargit aujourd’hui son réseau de restaurants halal. Notre Observateur a testé l’un d'eux.

Le 30 novembre 2009, la chaîne Quick a lancé une opération présentée comme un coup d’essai : convertir en mode halal huit (dont quatre en Île-de-France) de ses 362 restaurants français. En clair, il s’agit d'y remplacer le bacon par de la dinde fumée et de servir de la viande de bœuf certifiée halal. L’initiative a évidemment provoqué une polémique avec, dans les premiers rôles, la femme politique d’extrême droite Marine le Pen, mais aussi le maire de la ville de Roubaix, qui est allé jusqu’à menacer d’intenter une action en justice contre la chaîne de restauration, avant de se rétracter.

Le test semble néanmoins concluant pour la chaîne de fast-food puisque Quick décide aujourd’hui de faire passer 14 autres de ses restaurants en mode halal. Le marché de l’alimentation halal en France est considéré comme un commerce fructueux puisqu’il génère quelque 5,5 milliards d’euros par an.

"Ouvrir un Quick halal revient maintenant à désigner un quartier comme une zone à problèmes"

Kadour Haddadi est intermittent du spectacle. Il habite à Roubaix, à 50 mètres d’un Quick halal.

Évidemment, lors de son ouverture, le Quick halal a suscité l’enthousiasme de la communauté musulmane de la ville. Je me rappelle très bien de la file d’attente devant l’enseigne. Il faut dire que c’était inattendu puisqu’aucune demande de ce genre n’avait été formulée par les consommateurs musulmans de Roubaix. Quick a tout simplement suivi une logique de rentabilité. Il est clair que l’enseigne attire beaucoup plus de monde avec cette nouvelle formule [les ventes du Quick de Roubaix ont triplé lorsqu'il est passé au halal, puis se sont stabilisées ensuite au double]. Peut-être aussi que cette décision a été prise après l’échec de Mc Donald’s à Tourcoing, qui a fini par mettre la clé sous la porte.

Pour ce qui est de l’interdiction des sandwichs au bacon, je n’en vois pas l’intérêt. On servait bien des burgers au poisson aux musulmans avant ; rien n’empêche qu’on continue à proposer du bacon aux non-musulmans, en plus de la viande halal.

Au final, je trouve cette histoire banale et je pense qu’on fait beaucoup de bruit pour rien. Je pense que c’est le climat actuel qui est propice à la polémique et qui a, par exemple, poussé le maire de la ville à faire des déclarations qu’il a lui-même ensuite qualifiées de maladroites.

La chaîne ouvre ses restaurants halal dans des endroits où elle pense qu’ils seront rentables, en l’occurrence là où il y a une forte communauté musulmane. Le problème, c’est qu’ouvrir un Quick halal revient maintenant à désigner un quartier comme une zone à problèmes. Pour certains, l'islam deviendrait trop visible. Cela sème la confusion dans les esprits et nourrit des raccourcis à visée électoraliste en transformant un sujet anodin en poudrière."

Vitrine du Quick de Roubaix. Photo publiée sur Flickr par somebaudy, le 4 mars 2010.

Affiche du Quick halal d'Argenteuil. Photo publiée sur Al-Kanz, le 7 décembre 2009.