Observateurs

Cette vidéo, tournée avec un téléphone portable, embarrasse la police de Manille. On y voit un policier qui torture un petit délinquant en le tenant en laisse à partir de ses parties génitales.

Avertissement : cette scène est particulièrement choquante.

Vidéo non datée.

Selon le commissaire en chef Roberto Rongavilla, cité par le  journal philippin The Daily Inquirer, le policier responsable de cet acte de barbarie serait l'inspecteur en chef Joselito Binayug du district de Tondo à Manille. Ce dernier faisait déjà l'objet de trois plaintes pour atteinte aux droits de l'Homme ; il avait également été entendu dans le cadre d'une enquête pour meurtre en 2009. Joselito Binayug nie être la personne qui apparait sur la vidéo. Le commissaire en chef a promis à la famille de la victime qu'une enquête sérieuse allait être menée sur cet incident. Joselito Binayug et les 11 policiers accusés d'avoir participé à cette scène de torture ont déjà été relevés de leurs fonctions.

"La plupart des officiers de la police philippine ont été formés durant la dictature"

Dominique Lemay est un Français qui vit à Manille depuis 23 ans. Il travaille pour une association qui intervient en milieu carcéral. Il cherche notamment à sensibiliser les gardiens de prison et les policiers au respect des droits de l'Homme.

Tout le monde sait que ça existe. Moi-même j'ai assisté à une scène très violente dans un commissariat de Manille : un petit voleur qui se faisait tabasser à coups de bottins. Et puis je travaille dans une prison pour enfants et j'ai déjà entendu beaucoup de récits de torture, et même de viols. Seulement cette fois, la scène a été filmée, alors le policier va devoir répondre de ses actes.

Je pense que les gouvernements récents ont vraiment cherché à endiguer cette violence et, depuis quatre ou cinq ans, j'ai pu noter une amélioration, notamment dans le milieu carcéral où je travaille. La ministre actuelle de la Justice [Leila de Lima] était précédemment présidente de la Commission des droits de l'Homme des Philippines et je pense qu'elle est sensible à cette question. Mais la plupart des officiers de la police philippine ont été formés durant la dictature de Ferdinand Marcos [1972 - 1986]. On ne les fera pas changer facilement."