Observateurs

Des Ivoiriennes portant un pantalon taille basse. Photo postée sur ce blog.

Le pantalon taille basse a fait une entrée remarquée dans la garde-robe des Ivoiriennes. En jean ou en toile, il moule les fesses de celles qui le portent jusqu’à dévoiler leurs plus intimes attributs. Au grand dam des défenseurs d’une mode "respectueuse des femmes".

Depuis plusieurs mois, les critiques se multiplient sur les choix vestimentaires des Ivoiriennes qui se sont laissées séduire par les pantalons taille basse. Des remarques balayées d’un revers de la main par les accros aux pantalons à la coupe osée. Elles peuvent se mesurer lors de soirées où des "miss taille basse" sont récompensées par des cadeaux. Les plus malchanceuses peuvent encore se déhancher sur les tubes à la gloire du pantalon controversé.

 

"Pour certains parents, porter un taille basse est considéré comme une incitation directe à la prostitution"

Suy Kahofi est un blogueur. Il regrette que les pantalons taille basse soient devenus un phénomène de mode en Côte d'Ivoire. 

Les tailles basses choquent de plus en plus, les mères sont de plus en plus indignées car les jeunes filles qui les portent sont pratiquement nues. Ces jeunes filles n’hésitent pas à se présenter dans les églises avec des tailles basses. Les évangélistes se plaignent que lors des prières faites à genoux, les fidèles découvrent les dessous de la jeune fille située devant eux.

Pour certains parents, porter un taille basse est considéré comme une incitation directe à la prostitution. Certaines jeunes filles sortent de chez elles dans des vêtements décents, puis elles enfilent leur taille basse lors d’une pause à l’école. Beaucoup d’éducateurs, d’enseignants se plaignent de ce laisser-aller. Dans le centre du pays, certaines élèves venues à l’école en taille basse ont été renvoyées chez elles. Mais à Abidjan, rares sont les établissements qui osent faire des remarques.

D’ailleurs les jeunes filles réagissent mal aux remarques, surtout lorsqu’elles sont en groupe. Certaines disent que c’est à la mode. D’autres s’énervent automatiquement en disant : "C’est mon corps, je suis libre de faire ce que je veux".

Mais aujourd’hui, nous voulons une mode respectueuse du corps de la femme. On interpelle les parents quand il s’agit de mineurs, on interpelle également la télévision où l’on peut voir des stars de cinéma pratiquement nues. On interpelle également les magazines de mode, les animateurs de télé ou de radios.

Les femmes doivent respecter leurs corps. Le continent africain n’est pas obligé de se mettre à la mode occidentale, surtout si cette mode choque les gens.

Une vidéo disponible sur Youtube à la gloire du pantalon taille basse.