Un narcotraficant donne de la cocaïne à ses hommes de main.

Ces images ont été filmées par une caméra de surveillance dans la ville de Creel, dans l'État de Chihuahua, au Mexique. On y voit une trentaine de narcotrafiquants armés jusqu'aux dents snifer de la cocaïne et tirer à tout va. Les hommes de main sont restés plus d'une heure sur les lieux, tuant sept personnes, mais la police, elle, n'est jamais arrivée.

La scène a eu lieu le 15 mars dernier à 5h30 du matin. Elle a été intégralement filmée par les caméras de la SSPE (Secretaría de Seguridad Pública estatal) qui sont reliées au centre de surveillance policière C-4 basé à Chihuahua, la capitale de l'État.

La vidéo a été diffusée par la chaîne Televisa, à la suite d'une "fuite" du centre de surveillance - ce dernier fait d'ailleurs l'objet d'une enquête. Retrouvez la vidéo intégrale sur YouTube

Sur ces extraits, on voit un commando d'une douzaine de camionnettes s'arrêter à l'entrée de la ville de Creel. Des hommes de main armés se postent autours des voitures et aux abords des maisons. Dans l'une des voitures, le chef sort un paquet de poudre blanche de sa poche, en snife, puis la donne à ses hommes de main. Quelques minutes après, un homme est forcé à sortir de sa voiture par les narcotrafiquants. Puis un assaut est lancé contre une maison, les hommes de main tirent plusieurs coups de feu. Plus tard, les passagers d'une voiture se font tirer dessus par les hommes du commando. Enfin, les véhicules repartent. Selon les autorités, le commando aurait par la suite participer à une fusillade dans la ville voisine de San Juanito.  

Au total, sept personnes ont été exécutées, dont une jeune fille de 14 ans, et six ont été blessées, parmi lesquelles quatre femmes, dont une mineure de 12 ans. 

Le chef de la SSPE, Gustavo Zabre, a expliqué que la police de l'État n'avait pas réagi à l'irruption de ce groupe de tueurs à gage parce qu'il ne disposait que de deux équipes de 10 agents sur toute la localité.

"La cause de cette inaction ? Un mélange de peur et de corruption"

Juan (pseudonyme) vit à Reynosa. Il tient le blog "Todo sobre el narcotráfico en Mexico" où il répertorie les fusillades et les arrestations de narcotrafiquants.

L'incident a eu lieu au sud de la ville frontalière de Ciudad Juarez, dont tout le monde a déjà entendu parler.

Ces images ont été filmées par une caméra de police. Pourtant, les autorités n'ont pas bougé le petit doigt pour empêcher les meurtres. La cause de cette inaction ? Un mélange de peur et de corruption. La police n'a pas les moyens nécessaires pour combattre des narcotrafiquants équipés d'armes automatiques, de grenades et de camionnettes blindées. Même si un officier de police essayait de procéder à une arrestation ou de lancer une offensive, il se ferait descendre le lendemain parce que sa hiérarchie est corrompue.

Les autorités n'ont pas donné la raison de cette fusillade. Des rumeurs disent que l'homme dont la maison a été attaquée était un riche homme d'affaires qui refusait de payer sa "cotisation" aux narcotrafiquants. Cette pratique est de plus en plus courante : les cartels demandent une somme à chaque citoyen des villes qu'ils contrôlent, surtout s'ils sont riches, et ceux qui ne payent pas sont descendus avec leurs familles.

Sur la vidéo, on aperçoit le 'boss' sur le siège passager de la voiture. Il est courant que ces hommes prennent de la drogue en plein 'boulot', ils en ont besoin. Et la cocaïne ce n'est pas le pire, il peuvent aussi prendre du crack, de l'héroïne ou de la métanphétamine.

Je ne sais pas pourquoi la chaîne Televisa, proche du gouvernement, a choisi de diffuser cette vidéo. Des officiels ont déclaré qu'ils n'avaient pas apprécié qu'elle ait été rendue publique car, selon eux, cela ralentira l'enquête. Mais je sais bien comment les autorités fonctionnent : elles prendront cette excuse pour expliquer qu'elles n'ont pas arrêté les coupables car, croyez moi, elles n'arrêteront jamais les hommes qui apparaîssent sur cette vidéo."