Observateurs

Une chanteuse irano-koweïtienne provoque depuis quelques jours une vive polémique au Koweït. En cause : une chanson en hébreu que l’artiste a interprété durant un concert privé dans la capitale.

Ema Shah, une chanteuse-compositrice de 28 ans vivant au Koweït, ne s’attendait pas à une telle levée de boucliers lorsqu'elle s'est produite, les 27 et 28 février, à l'Alumni Club de Koweit City. Depuis quelques jours, des cheiks conservateurs koweïtiens, estimant que son "Hava Naguila" (chanson traditionnelle en hébreu) fait "l'apologie du sionisme" et va à l’encontre de "la culture et des valeurs de la société koweïtienne", mènent campagne contre elle dans des émissions de télévision et les journaux locaux.

Ema Shah, qui chante également en arabe, français, anglais, espagnol, japonais et russe, s’est dite étonnée de ces accusations, expliquant qu’elle chantait pour la paix et l’harmonie et ne faisait que reprendre un tube de la diva franco-égyptienne Dalida.

Fondatrice du groupe Anthropology, Ema s'était déjà attirée, par le passé, les foudres des religieux conservateurs de l'émirat. Sa chanson "Jésus", extraite d’un livre de Gibran Khalil Gibran, lui avait valu d'être accusée de faire du prosélytisme pour le christianisme.

"Hava Naguila" interpreté par Ema

Hava Naguila est une chanson folklorique en hébreu qui signifie "Réjouissons-nous". Vidéo postée sur YouTube par BESORVIA.

Ema interprète un autre de ses tubes polémiques, "Jésus"

Vidéo postée sur YouTube par BESORVIA.