Observateurs

Lorsque les policiers entrent dans la salle de classe pour interpeller une étudiante, Anna Bassett sort son téléphone portable et filme la scène.

L'intervention s'est passée le 15 mars dans une classe de l'Université de Milwaukee, dans le Wisconsin (nord des Etats-Unis). La jeune femme qui se fait interpeller, Robyn Fost, a ensuite été poursuivie en justice pour conduite violente. De nombreux internautes américains considèrent que l'interpellation était démesurée. D'autres affirment que la police aurait agi différemment si l'étudiante n'avait pas été afro-américaine.

L'étudiante : "'Je ne bouge pas, il va falloir que vous me fassiez sortir de force"

"Ceux qui affirment qu'elle a été maltraitée parce qu'elle est noire sont écœurants"

Anna Bassett est étudiante à temps partiel à l'Université de Milwaukee. Elle a posté cette vidéo le 17 mars sur YouTube.

Le professeur [Kathleen Foley-Winkler] revenait sur l'examen que nous avions passé deux semaines auparavant. Elle venait de nous dire que nous devrions attendre encore un peu pour connaître nos résultats. Mais cette fille ne l'entendait pas de cette oreille.

Elle s'est excitée pendant 30 minutes ; je n'ai enregistré que la fin. Elle était agressive et injuriait tout le monde. A un étudiant qui lui demandait de s'assoir elle a jeté une bouteille en pleine figure. La professeur a dit qu'elle allait appeler la police et j'ai commencé à filmer. La police est arrivée cinq minutes plus tard. Quand ils sont entrés, elle s'est encore davantage agitée.

Je ne pense pas que la police soit allée trop loin et il me semble que les charges retenues contre l'étudiante sont justifiées. Elle s'en est même bien tirée, je trouve. Je ne sais pas ce que l'université va décider, mais je n'ai pas envie de la recroiser. Sur YouTube, des gens m'ont avertie qu'elle me cherchait.

Ceux qui affirment qu'elle a été maltraitée parce qu'elle est noire sont écœurants. Je suis absolument certaine que les policiers auraient agi de la même manière avec un autre étudiant, quelle que soit sa race.

L'Université de Milwaukee compte 23 000 étudiants. Nous avons besoin de la police, pas uniquement d'agents de sécurité. La police du campus [qui emploie 43 officiers à plein temps, ndlr] est une extension de la police municipale, ils sont donc munis de pistolets. Mais je ne me rappelle pas qu'ils s'en soient jamais servis. Leur travail au quotidien, c'est de repérer les mineurs qui boivent de l'alcool, ou qui fument des joints, ce genre de choses...

Je pense que dans l'ensemble les étudiants sont d'accord avec moi. J'ai été plusieurs fois félicitée pour la vidéo que j'ai tournée."